AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
HRP : Le forum fait peau neuve. Le HRP prime ici mais, un bon coup de fouet ne serait pas un luxe inutile ! Si soucis on le dit ! Merci de votre compréhension... <3

Partagez | 
 

 Parce qu'il faut bien un début.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pandorha
Dame
Dame


Messages : 43
Date d'inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Parce qu'il faut bien un début.    Ven 8 Juin - 9:43

Pandorha bien que vivant dans le château, avait fait monter une tente, elle avait fait mettre ses affaires pour la lice et ceux de son époux. Ainsi, une fois prête, dans une petite robe pour l'occasion, elle avait prit sa place à l'entrée du terrain des jeux. Un terrain où se trouvait la lice et la partie pour le campement des gens. Certains bien sûr, pouvait faire la demande de dormir au château où des appartements étaient prêts à recevoir. Son doux ne tarderait pas à venir, elle aimait savoir qu'il était venu à Moncel et qu'il allait participer aux joutes. Au moins, cela laisserait une chance de plus de voir les couleurs de la famille briller très haut. Bien qu'il y avait également la nièce et la fille Arundel, le couple Patriarche se devait de briller.

Sourire aux lèvres, la Belle attendait. Qui allait venir en premier, comment les joutes allaient se dérouler et surtout, est-ce que son héraut était prêt ? Parfois, sa tête était traversée par un maximum de question, aussi bien, qu'il lui fallait en chasser un peu pour ne pas avoir un mal de tête horrible.

Cela ferait du bien à tous de se retrouver ici pour des festivités et rien d'autres. En y repensant, Pandorha avait hâte de voir son cousin et Héloise de nouveau. Même, ce serait l'occasion de revoir des visages familiers, depuis des mois, elle n'en avait pas vu certains, voir presque une année complète.



____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Semias



Messages : 6
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Ven 8 Juin - 15:38

Pour qui n'avait pas eu le plaisir de chevaucher librement depuis plus de quatre mois, il était évident que faire le chemin à dos de canasson était tant un plaisir qu'une façon de se dérouiller. Nous aurions pu dire "se remettre en selle" aussi, mais c'eut été empiéter grandement sur la suite des évènements : les joutes... Ainsi donc, le Balsac arriva relativement facilement, et pour cause, puisqu'il avait emporté avec lui son Garde Parcoureur de Sentiers - ou G.P.S. - , un outil très utile pour qui ignorait l'existence même de Moncel quelques jours auparavant. Mais le voyage, aussi exultant puisse-t-il être, avait eu raison du séant du Duc, et ce n'est pas sans un soulagement certain qu'il recueillit l'annonce de leur arrivée.

"Bah y'a pas encore grand monde, vot'Grâce...
- Qu'à cela ne tienne, vous serez bien moins embêtés pour la mise en place du campement !
- Pour sûr, vot'Grâce. Ah bah si, y'a quelqu'un là-bas qu'a l'air d'attendre, j'crois bien."


Et le GPS de pointer du doigt, manière bien malpolie d'ailleurs.

"Il semblerait qu'il s'agisse de notre hôtesse. Mais approchons-nous, nous verrons."

Et aussitôt dit, aussitôt fait : le Duc, accompagné des quelques sbires qu'il avait embarqué avec lui dans l'aventure, s'avança jusqu'à hauteur de Pandorha. Il sauta de sa monture et se réceptionna sans trop de peine, à croire qu'il ne s'était pas tant encroûté pendant ses fonctions à la tête du Bourbon-Auvergne. Ce qui était rassurant compte-tenu de sa vingtaine d'années révolue depuis trop peu de temps. Lui-même parut surpris un court instant. Mais l'heure n'était pas aux exploits, et le jeune homme s'inclina à l'attention de Pandorha.

"Recevez mes hommages, Madame, ainsi que remerciements pour cette invitation. Et par chance..."

Il se redressa et leva les yeux pour observer le ciel et juger de sa qualité.

"Il semblerait que le temps soit avec nous. Pour aujourd'hui, du moins."

Le visage du Balsac se fendit alors d'un sourire franc et amical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandorha
Dame
Dame


Messages : 43
Date d'inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Ven 8 Juin - 15:52

L'Arundel attendait, sitôt une coupe à la main, sitôt en train de discuter avec quelques gens afin de savoir si tout se passait bien. Cyrielle son ainée et Goméric son ainé étaient à Moncel, mais ils restaient pour le moment au château. Pandorha les trouvaient encore trop jeunes pour participer à des joutes. Arthur son petit cadet était lui à Buzançais, beaucoup trop jeune pour un voyage si long. Ainsi, après un soupire, un long soupire, la Belle apercevait du monde à l'horizon. Laissant les silhouettes approcher, la Magnifique reconnue le parti le plus intéressant du Bourbonnais. Si si, il fallait voir, il était plutôt mignon, il était noble, il était assez intelligent, car bon, devenir régnant il le fallait un minimum tout de même, quoi qu'en y repensant à la fonction, fallait également être un peu fou. Quoi qu'il en soit, sa vue arracha un sourire à notre Blonde.

S'avança légèrement, elle le laissa descendre et prendre la parole. Déjà parce que bon, en tant que Duc, il était plus haut qu'elle et puis de toute façon, ainsi, il lançait la conversation. Rappelons que notre Pandorha est très timide même s'il n'y parait pas et n'aime pas commencer les conversations. C'est d'un sourire sur les lèvres, que celle-ci lui répondit.


Votre Grâce, c'est un plaisir de vous voir ici. J'espère que vous passerez un séjour agréable en notre compagnie.

Et oui, elle était gentille, ce n'était pas nouveau, même si depuis la guerre, nous ne cesserons pas de le dire, quelque chose avait changé en elle. Faisant un signe à un de ses gens afin que celui-ci prenne en charge ceux du Duc, la Belle continua.


Vous avez fait bonne route ? Les autres invités ne devraient pas tarder. Puis-je faire quelque chose pour vous avant le début des joutes ?


Sourire toujours sur ses lèvres, elle patiente, elle le regarde, de bas en haut, elle l'observe, essaye de voir comment il peut être, comment peut-être son caractère, sa personnalité, savoir à quoi il pense, bien que cela n'arrivera jamais, Pandorha n'est pas une sorcière. La Belle espère que son époux arrivera bientôt, qu'il accueillera avec elle leurs invités. Qu'il aura le sourire, qu'elle arrivera à lui faire oublier la guerre, à oublier ce qu'ils avaient pu vivre.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloise Marie



Messages : 4
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 9:27

Et puis à une autre demoiselle d'arriver. A cheval, vi vi, étonnant pour elle, pour une fois, bien que toujours en amazone. Elle se changerait plus tard, ce n'était après tout que sa deuxième joute et elle n'en connaissait pas encore tous les us et coutumes. Mais elle pensait bien grailler quelques conseils ci et là. Et puis, elle s'était engagée, la Comtesse et elle ne revenait que rarement sur ses promesses.

Bien que ces derniers temps elle ne cessait de tout faire de travers et de trahir tous ses dires. M'enfin, ceci est une autre histoire et ici, il ne fallait que se concentrer sur les joutes à venir et sur Pando, qui attendait déjà, en compagnie d'un homme.

La Comtesse se laisse glisser de son cheval et défroisse un peu les quelques plis de sa robe rouge. Conseil avisé de Chon ça, le rouge. D'ailleurs il avait promis de venir la supporter elle allait contrôler qu'il serait là, du début à la fin. Mmmmh, oui, elle avait tendance à entendre des "oui oui je viens je te le promets sur ma vie que j'viens tellement j'ai envie de te voooouuuuââââr" quand les gens lui disaient en fait "ouais nan j'sais pas peut-être mais bof envie quoi". Soit, une fois présentable de sa parure et sachant ses cheveux tellement bien tressés qu'il n'y avait aucun risque qu'une mèche blonde ne viennent déranger la journée, et sa couronne de comtesse bien figée sur sa tête, la jeune fille s'approche du duo avec ses quelques gens et, d'une inclinaison bien convenable et très conventionnelle du visage, elle les salue tous deux.


Bien le bonjour, Pandorha, je suis très heureuse de te revoir. Tu es sublime, comme à ton habitude.

Voui, les modes françaises avaient l'art d'attirer son regard d'adolescente empiresque. Et son oeil avisé et attentif détailla le tissu et la parure de la jeune femme, pour un "qui sait un jour j'en aurai des aussi bien plus magnifiques que ça!", puis ses azurs se tournent vers l'homme à ses côtés.

Messire, le bonjour, je me nomme Héloise Marie de Sparte. Et heumm, estimez-vous déjà gagnant s'il vous venait la chance de jouter contre moi...

Un sourire triste perla aux coins de ses lèvres en voyant et en devinant la force et les capacités de l'homme. Face à elle, frêle adolescente osseuse, tout un chacun pouvait non pas espérer mais deviner la victoire après un seul coup, pour sûr elle serait expédiée au delà de la lice.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Semias



Messages : 6
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 10:02

Les gens du Balsac suivirent leur guide, ils auraient tout le loisir de s'installer, pendant qu'une fois encore lui profiterait des mondanités. Son hôtesse, très accueillante au demeurant, n'en était pas moins une personne qu'il n'avait côtoyée que très brièvement. Et comme dans pareil cas, les échanges se voulaient courtois plus qu'ils n'étaient intéressés. Le Duc se satisfaisait bien assez de ce genre de situations, et pour qui était de nature diplomate comme lui, cela ne contrastait que peu.

"La route fut agréable, quoiqu'il soit réjouissant d'arriver tout de même. Du reste, je crois n'avoir besoin de rien pour l'instant. Mais je ne manquerai pas de vous en faire part si ceci venait à changer."

Pour qui aurait peut-être à représenter le Royaume de France en pareille occasion, il aurait été préférable de se vêtir dans des nuances de bleu. Mais le Balsac, aussi respectueux qu'il puisse l'être de ce genre de détail, n'arborait que rarement la couleur royale. Et c'est tout de rouge vêtu qu'il s'en était venu. Parce qu'il appréciait bien davantage cette couleur. Parce qu'aussi sa garde-robe en était presque exclusivement composée, si l'on extrayait les vêtements plus conventionnels, de blanc et de noir. Et même s'il avait conservé sur lui vêtements plus adaptés à un voyage à dos de cheval, les étoffes n'en étaient pas moins riches, comme toujours.

C'est d'ailleurs une demoiselle arborant des couleurs similaires qui les rejoint bien vite. Et pendant qu'elle descendait de sa monture, le Balsac en profita pour remettre en place une mèche blonde rebelle. De façon bien inutile d'ailleurs, car cette furieuse mèche avait pour habitude de lui retomber systématiquement sur le front quand le reste de sa chevelure était maintenue par la couronne ducale. Mais ainsi étaient conditionnés les réflexes qu'il était bien difficile de s'en défaire.

Quand enfin la demoiselle en eut fini de saluer la Dame de Moncel, et lui accorda un salut, le Balsac inclina brièvement la tête en sa direction pour lui répondre, et se présenta à son tour.


"Vous me voyez enchanté de faire votre connaissance, Comtesse. Je me nomme Semias de Marigny, et j'ai fait route depuis le Bourbonnais. Gagez que, si d'aventure nos parcours se croisent pendant ces festivités, je saurai jouter avec la mesure qu'il convient d'adopter. Il n'est de victoire plus agréable que celle que l'on remporte à armes égales."

Aurait-il été de convenance que de signaler qu'il n'avait eu, lui-même, qu'une seule fois l'occasion de jouter de façon officielle, et qu'il s'était fait sortir dès le premier tour face à un adversaire guère plus expérimenté que lui ? Le blond s'en abstint. La demoiselle saurait en juger bien assez vite, à l'évidence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alandrisse



Messages : 6
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 17:01

Phase 2 : C’est tout droit après le buisson.

Peignons un tableau de la situation actuelle. Nous avons en arrière plan le domaine de Moncel, un carrosse qui arrive gaiement jusqu’à ce lieu. Véhicule qui contenait lui-même deux femmes. La brune qui maintenant un sérieux autant que possible et une blonde qui la suivait. Mais bon, la faute revenait à la brune qui avait du soudoyer la blonde pour qu’elle ne propage pas l’horrible rumeur, que la brune avait voulu emprunter des bouteilles de vin dans la cave royale. Zut, des mois et des mois à servir la Couronne, elle méritait bien une bouteille non ? En plus il était tard et le pire c’est que la Montbazon travaillait. Et là une terrible vérité lui avait frappé l’esprit. La plumée était seule, terrible angoisse qui lui serre le cœur. Que faire d’autres que de l’oublier à travers des fumées éthyliques ? Mais la chieuse de Garance gardait la porte des caves, comme le Cerbère, les enfers. La main dans le sac, voilà comment la brune et la blonde s’étaient rencontrées. Il avait fallu la jouer fine et lui promettre des vins qu’elle ne pourrait jamais gouter.

Et nous voilà, en ce jour glorieux, où la brune avait préféré marcher jusqu’au campement, rien que pour faire rager la Cheroy. Généralement, noblesse rimait avec « non non non, on marche que si nécessaire ». Bon cela ne rimait pas, mais l’idée était là. Un regard en arrière pour observer Garance, difficile de déterminer si la blonde fulminait ou se parlait à elle-même. Et là, le drame, son pied qui s’accroche dans un truc par terre et qui manque de lui faire perdre son équilibre. Un rattrapage en beauté de la Montbazon qui remit une mèche tranquillement, comme si de rien n’était. La jeune femme s’arrêta pour attendre la Cheroy, attentive malgré tout à l’emplacement que son écuyer avait choisi.


Allez la blo… hum Garance, nous y sommes presque.

Petit sourire en coin, à force, la jeune femme devenait joueuse, ce n’était pas des meilleures augures. Une Montbazon qui commence à taquiner, cela ne se termine jamais comme on le voudrait. Le duo ombre et lumière arriva prestement près de l’hôte du jour. Elle n’était pas seule, il valait mieux éviter d’être Alouette et de montrer le côté Alandrisse. Une bonne inspiration, un petit signe à Garance, qui avait lancé l’idée étrange que la brune devrait lui expliquer le monde de la diplomatie. Une fois de plus la Montbazon s’égarait, un secouage de tête plus tard, on avait une Alandrisse qui s’avança pour se présenter.

Pandorha, mes salutations, c’est une terre magnifique que tu as là.

Sourire ancré aux lèvres, la brune adorait la nature et encore plus l’observer, on avait tous nos défauts.

Voici Garance de Cheroy, elle m’accompagne pour mieux connaitre ce qui se passe hors des frontières françaises.

La jeune femme profita que la blonde une rencontre la deux pour se présenter aux autres. En même temps, elle ne connaissait qu’une personne sur deux…

Duc Sémias, heureuse de vous rencontrer loin des murs de Paris.

Une salutation en bonne et due forme avant de pivoter vers la seconde personne pour faire de même.

Mes salutations, je me nomme Alandrisse et la damoiselle qui m’accompagne se nomme Garance de Cheroy.

Phase 2 terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jehanne_du_genevois



Messages : 5
Date d'inscription : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 18:37

C'est partit pour les joutes...

Partit depuis une semaine afin de profiter du voyage avec tranquillité .C'est que cela n'estait pas tout prest de chez nous .
Les enfants laissés à Emily-rose ,pas sans angoisse ,non pas que je n'avais point confiance en Emily mais vu ce qui estait arrivé à Emeris à Chignin j'angoissais un peu .Mais à Bourg que pouvait il arriver aux enfants ?
Presque rien ... Mais par contre Emily serait surement très heureuse de nous rendre les petits fauves à nostre retour.
Ils allait l'épuiser avec leurs questions , leurs chamailleries enfin bref des jumeaux en pleine santé quoi avec chacun leurs caractère ...

Voila qu'on arrivait ...
La castel en vu me fit sortir de mes pensées.

J'avais grand haste d'arrivé pour peut estre entrevoir mon chère époux , il estait partit avant moi et en carrosse ,pas question pour lui de faire le voyage à cheval il serait jamais arrivé sinon ou en piteux estat vu la facilité qu'il avait à monter comme a tomber de sa monture ...Mesme sur un ane il ne tenait pas ... Voila une pensée qui me fit sourire voir presque rire .

Bon ma petite troupe avançait doucement jusqu'a l'entrée ou on nous indiqua le chemin pour le campement après avoir décliné identité .
Le petit convoi cahin-caha arriva au bon endroit .
Une jeune et jolie Dame estait là pour les accueillir.


Bien le Bon jour Dame , ravie de vous rencontrer en pareil et merveilleux evénement que les joutes .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandorha
Dame
Dame


Messages : 43
Date d'inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 18:46

Les gens arrivaient, ils venaient, ils se déplacent et ils étaient gentils, n'était-ce pas merveilleux ? Semias et Héloise.

Ravie de te revoir Héloise, Arnaut n'est pas avec toi ?

Pas le temps d'entendre la réponse, Héloise enchaîne et se présente, la Blonde laisse faire et sourit. Au moins, s'ils ne sont pas timides entre eux, cela favorisera les festivités.

Puis Alandrisse et Garande qu'elle ne connaissait pas. Ainsi, il était question d'une nouvelle rencontre. Un sourire sur ses lèvres, tout s'enchaînaient rapidement, Alandrisse prit la parole. En réponse à ses paroles, Pandorha lui fit un sourire sincère, laissant finir la Comtesse Languedocienne, la Belle prit la parole pour faire les présentations avec Héloise.

Je suis ravie de vous rencontrer Garance, voici la Comtesse Héloise von Sparte, une amie.

Elle aurait pu dire autre chose, mais elle s'était retenue, dommage que Arnaut n'était pas présent, mais sans doute arriverait-il au dernier moment comme c'était dans ses habitudes. Une autre femme vient à eux, cela commençait à faire du monde, cela ravissait Pandorha, d'un sourire, elle accueilli la femme. Un autre visage non familier, une nouvelle rencontre, décidément, c'était une bonne idée que d'avoir fait des joutes.

Le Bon Jour, je suis Pandorha d'Arundel des Olonnes, la Dame de Moncel.

Un sourire, une simple présentation, le simple titre de Moncel pour ce faire et normalement, on reconnaitrait en elle, l'organisatrice de tout ceci. D'ailleurs en profitant d'avoir la parole, elle présenta le petit monde.

Voici le Duc Semias de Marigny qui nous vient du Bourbonnais. La Comtesse Héloise Von Sparte de Franche Comté, la Comtesse Alandrisse de Montbazon Navailles du Languedoc et la jeune Garance de Cheroy qui l'accompagne.




____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Semias



Messages : 6
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 19:13

Finalement, il y avait à Moncel plus de têtes connues qu'il ne se l'était imaginé. Il faut dire qu'il n'avait guère questionné l'hôtesse concernant les invités, et il pouvait aller ainsi de surprise en surprise. La première d'entre elle était sans doute aussi l'une des plus inattendue. Et comme l'avait parfaitement souligné la Première Secrétaire d'Etat - ou plutôt convient-il de dire le Premier Secrétaire d'Etat malgré les circonstances - il était plaisant de se croiser en dehors de la capitale française. Qui plus est dans le cadre de pareille occasion vouée à la détente plutôt qu'au travail studieux.

"Le plaisir est amplement partagé, Votre Grandeur. Sans doute aurons-nous l'occasion de mieux nous connaître après ces festivités, l'ambiance parisienne ne laissant que peu de temps pour ces choses, malheureusement."

Et comme il s'était incliné devant Alandrisse et lui avait sourit, il s'exécuta devant son accompagnatrice. A moins que ce ne soit la Comtesse qui accompagnait la dénommée Garance...

"Mademoiselle de Cheroy, vous me voyez enchanté de faire votre connaissance."

Comment savait-il que la jouvencelle n'était pas mariée, nous ne le saurons pas. Mais d'hypothèses pourrons-nous nous satisfaire. Peut-être s'était-il renseigné, en sa qualité de - très - bon parti sur les possibilités s'offrant à lui. Peut-être était-il expert de la généalogie des familles de France. A moins que ce ne soit une connaissance qui, au détour d'une conversation, lui aurait tenu quelques propos à l'égard de la Cheroy... La seule chose que le Balsac avait fait avec certitude, pour l'heure, était de juger du regard, avec le plus de discrétion possible, la demoiselle. Une fâcheuse habitude qu'il avait pris au long des années, mais qui pouvait s'avérer utile pour évite les impairs.

Une femme supplémentaire fit son apparition. Un visage connu donc. Et alors qu'elle arrivait, le Duc put constater qu'il était, au final, le seul représentant de la gent masculine. Pour le moment, du moins. Et si les joutes en elles-mêmes étaient ce qu'elles étaient, guère variables des unes aux autres, tout ce qui pouvait tourner autour avait, en ce moment, un petit quelque chose de plus agréable qu'à l'accoutumée.
Lorsque Pandhora en eut fini avec les présentations, le Balsac salua la nouvelle arrivante.


"Des présentations bien inutiles, n'est-ce pas, Madame du Genevois ? Voilà bien longtemps que nos routes ne se sont pas croisées."

Et le Balsac de s'affubler une fois de plus d'un sourire aimable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade de Sparte



Messages : 23
Date d'inscription : 27/03/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 20:03

Romain, occupez-vous du campement

Le fidèle serviteur qui l'a suivi depuis sa première Seigneurie, s'inclina et obéit. L'équipement, la tente, les lances, armures, montures, il devrait gérer les tâches de chaque domestique. Pendant que la Duchesse lissait sa tenue, vêtue simplement d'une simple houppelande mais dont la richesse du tissus trahissait son statut et qu'elle tentait de replacer quelques mèches s'étant échappé de sa coiffure pendant le trajet sur sa Tornade, elle s'approcha des personnes présentes



Baronne, je suis ravie de vous voir et de participer à ces joutes. Ma cousine, quelle heureuse surprise ! J'ignorais que vous seriez présente.

Puis inclina courtoisement la tête en direction des autres invités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jehanne_du_genevois



Messages : 5
Date d'inscription : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 22:08

Des présentations...Un visage connu ...Voila qui estait plaisant.

Tenant ma monture par la bride mesme si un escuyer estait là pour cela,il ne tenta point de prendre Opis ,il savait que je m'occupais moi mesme de mes chevaux.La jeune femme au visage accueillant se présenta .

Le Bon Jour, je suis Pandorha d'Arundel des Olonnes, la Dame de Moncel.
Voici le Duc Semias de Marigny qui nous vient du Bourbonnais. La Comtesse Héloise Von Sparte de Franche Comté, la Comtesse Alandrisse de Montbazon Navailles du Languedoc et la jeune Garance de Cheroy qui l'accompagne.


Me voila présentée à toutes les personnes qui estaient autour d'elle. Un visage familier que je n'avais vu depuis fort longtemps.Pour l'heure il me fallais retenir les titres ... Les titres et moi ... Une longue histoire .

Dame Pandorha ravie de vous connaistre , je me présente à mon tour Jehanne du Genevois ,Duchesse de Beuil .
Comtesse Héloise ,Comtesse Alandrisse ravie de vous rencontrer .


Puis me tournant vers la personne connue il y avait déjà quelques années .

Sémias ... Heureuse de vous revoir ,il est vrai que cela fait fort longtemps que l'on ne s'est vu .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garance



Messages : 3
Date d'inscription : 05/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Sam 9 Juin - 23:11

Phase 3 : De phase en phase, déphase et emphase.

Suivre cette comtesse qu’elle ne connaissait pas à travers ce chemin inconnu qui les mènerait jusqu’aux… qu’à un groupe noblement inconnu.
Qui était-ce ? Tout ce monde pour visiter des caves ? Elles dépassèrent le château, avançant tranquillement, du moins en apparence. Une intuition ? Une sensation ? le doute assaillait la blondinette. Point de caves à l’horizon point de pente rocheuse non plus qui auraient pus, qui sait, abriter quelques tonneaux.
Serait-ce fourberie que lui avait tenté la Montbazon ? Le regard de Garance se posa sur la dame légèrement devant elle.


Mais ou allons-nous ? Les bâtisses sont dernières. Y a-t-il des caves naturelles ?

La brune manqua trébucher, pesta puis la pressa pour aller vers le groupe de personnes plus en avant.
Salutation par-ci, salutation par-là. Et on ressort les enseignements que ses tuteurs avaient eu la patience de lui enseigner dans son enfance. La poupée blonde s’inclina.


Bonjour Dame Pandora, Comtesse von Sparte, c’est un honneur de vous rencontrer ce jour.

Puis regard papillonnant se posant sur un noble sieur auvergnat que la dame de Moncel présenta. Elle s’inclina comme la position du sieur le lui intimait.

Bonjour votre grace c’est un plaisir de vous rencontrer. Elle observa un instant le duc mais une petite voix ne cessait de lui rappeler sa crainte. Ainsi les deux opalines se posèrent sur la Languedocienne soucieuse de visiter ces fameuse caves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloise Marie



Messages : 4
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 9:42


Et voilàààà, elle arrive et tout le monde arrive d'un coup, si ça c'est pas la classe. Bref, après avoir sourit poliment au Duc du Bourbonnais, car rapidement coupée et intriguée par les nouvelles arrivées, secoué la tête en direction de Pando pour lui signifier que non, elle n'était pas avec Arnaut, et courbé maintes et maintes fois son visage vers les nouvelles arrivées, dont elle ne retiendra absolument pas ni les noms ni les titres, mais faisait comme si. Après tout, personne ne viendrait lui poser des questions sur qui dit quoi, qui fait quoi et qui a-t-elle rencontré.

Donc, des petits "bonjour, enchantée, oh oui quel temps superbe, vous avez là un pourpoint si gracieux, oh mon dieu je vous l'accorde il est très plaisant à regarder" pointaient de temps en temps dans son esprit, mais la jeune blonde se taisait, préférant laisser les retrouvailles à ceux qui semblaient se connaitre. Ses mains derrière le dos se tenant l'une l'autre, le dos bien droit et un petit sourire sur le visage, elle patientait.

Pour voir arriver finalement La flamboyante cousine rien qu'à elle, qui la rassura un peu. Elle lui sourit et la salua d'une inclinaison de la tête.


Hiii, Jade, je ne pensais point vous voir non plus. Un réel plaisir.


Puis de se tourner vers une autre demoiselle la saluant à son tour.

Vos Grandeur... Enchantée moi aussi... Bonjour Demoiselle Garance. Enchantée moi aussi de faire votre connaissance. Allez-vous jouter?

Méthode Sparte n°1 : ou comment introduire une discussion sur un sujet telleeeement intéressant et vaste, et surtout, bête question. M'enfin, au moins, elle tentait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alinoë de Chenot



Messages : 6
Date d'inscription : 29/05/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 11:06

La jeune duchesse et son amie arrivèrent au campement. Alinoë avait hésité à venir à cheval ou en carrosse, finalement elle avait choisi de venir à cheval et le carrosse suivait.
On ne peut pas prévoir les résultats des joutes. La jeune fille espérait quand même passer un tour. Héloise et elle avaientt fait un voyage des plus tranquilles avec quelques course à cheval qui les avaient fait beaucoup rire. Les deux jeunes filles s'entendaient à merveille.
Tandis que son écuyer et ses gens allaient s'occuper d campement, Alinoë dans sa jolie robe s'approcha du groupe accompagnée d'Héloise. La jeune duchesse reconnut quelques personnes.




Mais elle ne connaissait pas l’hôtesse.

- Bonjour, Je suis Alinoë de Chenot, Duchesse de Luserne et voici mon amie, Damoiselle Heloïse du Val D'Haine.

La jeune duchesse avait vu Jehanne et Jade mais elle attendait d'avoir parlé à l'hôtesse si celle-ci était dans le groupe avant de les saluer convenablement.
L'air était doux et l'endroit plaisant. Elle se sentait bien. La jeune duchese de Savoie ne s'était pas présentée en tant que telle. Elle était là pour elle, pour se détendre et non en visite officielle. D'ailleurs elle s'était inscrite avant les élections.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse du Val d'Haine



Messages : 2
Date d'inscription : 21/09/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 11:30

Alinoë ayant souhaité faire la route à cheval, la brunette avait revêtu une de ses robes d'équitation pour être plus à l'aise. Monté sur son étalon qui avait toujours autant le sang chaud mais avec une tendance un peu plus calme, les deux brunes s'amusèrent comme des folles. Plus d'une fois le carosse les perdit de vue, heureusement qu'il connaissait la destination.

Arrivée sur place, Héloïse mit pied à terre et suivit Alinoë jusqu'au groupe déjà présent, elle salua d'une révérence les personnes déjà là et sourit à celles qu'elle connaissait, notamment Héloïse Marie son homonyme blonde.


- Bonjour à tous et à toutes.

La jeune fille jeta un regard sur le paysage et les alentours tentant de commencer à se repérer pour ne pas manquer de perdre Alinoë dans tout ce domaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eudes Von Strass
Baron
Baron


Messages : 97
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 11:58

Cela ne peut être contesté, être un homme est parfois et même très souvent compliqué. Un homme doit être à plusieurs endroits à la fois, il a la lourde charge du bien être des personnes qui l'entoure et comme si ce n'était déjà pas assez, il fallait bosser dur pour pouvoir se faire respecter. Fort heureusement, les moments de détente existent et c'est avec un goût assez prononcé qu'il se rendit, avec sa maisonnée, en direction de Moncel pour les joutes de l'année.

Son voyage, entre la capitale du royaume et ses terres, fut particulièrement long et difficile. Alors que d'habitude tout se déroula sans encombre, le jouvenceau avait du faire face à quelques brigands et a quelques embuscade pas très méchantes. C'était une occasion de dire qu'il avait vécu une grande aventure. Alors que son carrosse traversa les frontières Moncelloises, son conducteur fit dépêcher l'attelage pour gagner au plus vite le coeur de la Seigneurie de Moncel, province Coussetoise dirigée par une dame de grande qualitée.

Arrivé sur les lieux, son véhicule s'arrêta et le jeune garçon pouvait voir la porte s'ouvrir. Tapotant ainsi ses habits, il mit un pied dehors, puis l'autre qui suiva et descendit alors sur le terrain des Jeux. La journée semblait merveilleuse et Eudes pouvait reconnaitre quelques visages. Décidant tout d'abord de saluer sa vassale.


- Baronne, dit-il en s'inclinant légèrement, vous êtes ravissante. Belle journée n'est-ce pas ?

Esquissant un fin sourire, il se tourna vers Jade pour la prendre dans ses bras comme un grand geste d'amitié et inclina légèrement la tête en direction des autres invités, sans oublier un petit clin d'oeil pour l'ancienne princesse Héloïse Marie.

- Pandorha, vous me présentez vos invités ?

____________________
    EUDES VON STRASS & D'ACOMA
    Baron de Coussey & Seigneur de Gensac-la-Pallue

    Échanson Impérial
    Ministre Royal de la Justice de Lotharingie
    Chancelier & Porte-Parole de Lorraine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acoma.1fr1.net
Pandorha
Dame
Dame


Messages : 43
Date d'inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 13:22

Laissant ses invités discuter entre eux, Pandorha vérifia que les tentes étaient prêtes à recevoir, les gens s'installaient et c'était très bien. Voyant de nouveau visage, elle laissa approcher et puis voyant que les femmes se présentaient, elle leur fit un sourire et fit une révérence comme il convenait pour la Duchesse. Prenant ensuite la parole d'une voix calme et assez forte pour être entendu.

Enchantée Votre Grâce, Damoiselle Héloise, je suis Pandorha d'Arundel des Olonnes, la Dame de Moncel.

On oublie les titres Berrichons, pour le moment, on est en Lorraine, pour les joutes de Moncel. D'ailleurs parlant de ça, le seul et l'unique suzerain Eudes arrivait à cet instant, sourire, il devait connaitre des visages, mais lui demanda quand même de faire les présentations, sans doute pour être sur d'avoir un nom sur chaque visage. Bien, commençons par le seul homme en dehors de Eudes et d'un sourire, on fait un petit geste pour accompagner les paroles.

Eudes, c'est un plaisir. Voici le Duc Semias de Marigny qui nous vient du Bourbonnais. La Comtesse Héloise de Sparte de Franche Comté, la Comtesse Alandrisse de Montbazon Navailles du Languedoc et la jeune Garance de Cheroy qui l'accompagne. Et donc, nous avons la Duchesse Jehanne du Genevois de Savoie si je ne fais pas erreur. Avec la Duchesse Jade de Sparte que nous connaissons pour être de Lorraine. Et enfin la Duchesse Alinoë de Chenot et la jeune Heloïse du Val D'Haine, de Savoie également je crois.

Si elle devait tout redire encore une fois, elle s'arracherait les cheveux. Elle aurait dû faire une réception avant les joutes pour que tous puissent faire connaissance, retenant un soupire, elle garda le sourire, aux moins, les nobles Berrichons, sa belle fille, son gendre et sa nièce ainsi que son époux n'étaient pas encore présents. Ils devaient être au château où ils avaient des appartements étant de la famille.


Et voici, le Baron Eudes Von Strass, mon suzerain.

Non, elle ne dirait pas les fonctions, ni les titres, trop c'est trop, si elle devait le faire avec Eudes, il faudrait qu'elle le fasse avec tout le monde.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Semias



Messages : 6
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 13:54

Le monde commençait à affluer, et le Bourbonnais avait d'autant plus de mal à retenir les noms des gens qui se présentaient à lui, ou qu'on lui présentait. Des quelques mots échangés avec la Chéroy, puis avec Jehanne, le Balsac se satisferait. Car il fallait se rendre à l'évidence, il ne se souviendrait de rien de plus. Aussi, et pendant que chacun se présentait, il laissa son esprit vagabonder un court instant, et s'autorisa à chercher du regard l'endroit où s'établissaient ses gens. Il lui fallait encore s'assurer que tout était en place, et il ne s'éterniserait pas.

Toutefois, l'arrivée d'un homme, second coq dans la basse-cour, retient l'attention du jeune duc. Et, après que leur hôtesse ait présenté le Balsac, et qu'il se soit incliné en direction du nouveau venu, il put lui adresser quelques mots.


"Enchanté de faire votre connaissance, Baron. Je puis vous assurer que vous avez vassale des plus accueillantes. Un excellent choix que vous aurez fait."

Il se tourna vers Pandorha.

"A présent, Madame, permettez que je prenne congé. Il me faut m'assurer de l'installation correcte du campement, et répondre à quelques obligations avant que ne démarrent ces festivités."

Sans attendre de réponse autre que ce qu'il avait pris pour une approbation d'un signe de tête, le Balsac se retira jusqu'à sa monture, encore soigneusement gardée par l'un de ses hommes. Il grimpa sur le dos du hongre à la robe de jais et accorda un regard au Premier Secrétaire d'Etat et à son accompagnatrice avant de filer. Car à l'évidence, les représentants français ne seraient pas légion aujourd'hui. Il leur ferait porter un message en ce sens, une fois l'installation effectuée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eudes Von Strass
Baron
Baron


Messages : 97
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 14:37

Être entouré de nobles fit énormément plaisir au jeune garçon. Que pouvait-il espérer de mieux ? En effet, il ne pouvait rien espérer d’autre, étant dans son univers, et avait hâte que les jeux soient déclarés ouverts. Il est vrai que le petit s’imaginait une ouverture digne des plus grands événements avec quelques sportifs de haut niveau connu et reconnu, mais il ne fut rien de cela…

Se tenant alors aux côtés de Pandroha, il suivit du regard les gestes de cette dernière et resta très attentif aux présentations qui étaient faîtes. Duc Semias de Marigny.

- Votre Grâce. C’est un réel plaisir de voir que je ne suis plus le seul homme, ici. Bien que ça ne m’aurait pas totalement déplut. Disait-il en rigolant. En effet, la baronne Pandorha est une femme merveilleuse et très intelligente. Il est vrai que nous avons fait un excellent choix.

La Comtesse Héloise de Sparte.

- Nous avons eu l’occasion de nous rencontrer récemment lors de la levée du ban de Franche-Comté, si ça ne m’abuse. Ravi de vous revoir.

La Comtesse Alandrisse de Montbazon Navailles.

- Votre Grandeur. Vous me voyez heureux de vous rencontrer en cette occasion. Vous passerez mes salutations à Sa Majesté, que je n'ai plus vu depuis les temps où il était encore Comte du Périgord-Angoumois. Il doit être mourant ?

Garance de Cheroy.

- Demoiselle.

Duchesse Jehanne du Genevois.

- Vous avez l’air d’une grande guerrière. Nous verrons si un face à face s’imposera entre nous.

Duchesse Alinoë de Chenot.

- Enfin un nouveau visage sur ce nom. Une brune, en plus ! Comment se porte la Savoie ?

Heloïse du Val D'Haine.

- Vous êtes ravissante.

Et lorsque sa vassale le présenta, Eudes ne pu s’empêcher de sourire à nouveau. Il espérait faire bonne impression.

____________________
    EUDES VON STRASS & D'ACOMA
    Baron de Coussey & Seigneur de Gensac-la-Pallue

    Échanson Impérial
    Ministre Royal de la Justice de Lotharingie
    Chancelier & Porte-Parole de Lorraine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://acoma.1fr1.net
Héloise Marie



Messages : 4
Date d'inscription : 07/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 14:59


Petit salut courtois en direction du Duc qui s'en va de l'attroupement. Il était vrai que l’hôtesse Pando, bien que extremement douée dans son rôle, devait se sentir un peu oppressée avec tas de monde autour d'elle. Tant de monde couronné qui plus est. Héloise salua d'un sourire la Duchesse de Savoie puis sourit, ravie de voir enfin un visage d'une amie proche qu'elle connaissait très bien.


Se détachant du groupe, elle s'approche de Héloise du Val d'Haine et la bise avec amitié.


Ouff, Héloise, je suis contente de te voir. Je commence à douter de plus en plus en voyant tous les gens, qu'est-ce qui m'a pris hein?

Dépassée par les événements et un peu paniquée de devoir jouter contre une des personnes présente ici, elle hausse les épaules et revient poser son visage sur Héloise.

Sûrement l'ambiance du conseil comtal qui m'a donné l'envie de me défouler... Et toi, jouteras-tu aussi?

Puis, un instant de distraction quand le baron Eudes fait son arrivée en les lieux. Elle lui sourit et incline poliment son visage dans sa direction lorsqu'il la salue.

Ravie de vous revoir également, Baron. Ce fut un plaisir ce ban avec vous, j'espère que les joutes le seront tout-autant.

Ironie? Oui sans aucun doute, ils n'avaient pas fait grand chose au ban, elle espérait de tout son coeur qu'elle n'allait pas trop mal finir... Par exemple, contre le baron, certain qu'elle finirait mal, l'osseuse, la maigre, la faible Comtesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alinoë de Chenot



Messages : 6
Date d'inscription : 29/05/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 15:05

La toute jeune duchesse de Savoie sourit à tous

- Je suis enchantée de vous connaitre, Dame de Moncel et ravie d'être là. Comtesse, nous nous sommes croisées déjà, heureuse de vous revoir. Dans ce lieu convivial, nous conversations seront plus légère, n'est ce pas ?
Comtesse, le Languedoc est une duché que j'affectionne beaucoup et votre ville de Carcassonne recèle des merveilles que j'ai énormément apprécié. Damoiselle. Duchesse Jade, quel temps magnifique n'est-ce-pas ? Peut-être jouterons nous l'une contre l'autre ? J'espère ne pas tomber trop tôt.


Un sourire franc et heureux puis s'adressant au duc

- Messire Duc, ravie.

Puis la jeune femme embrassa Jehanne

- Ton voyage c'est bien passé ? Oû est le grand homme ? et...

A ce moment là arriva un autre homme.

- Bonjour Baron, la Savoie se réchauffe au soleil et se porte bien, merci.

Et elle se tourna à nouveau vers Jehanne

- Tu l'as laissé en route ? Vilaine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jehanne_du_genevois



Messages : 5
Date d'inscription : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 16:50

Au moment ou on veut se retirer

Après avoir salué tout le monde je m’apprestais à ma rendre à mon campement quand j'entendis une voix connue . Alinoé venait d'arrivé elle se présentait à son tour .Juste le temps qu'elle finisse de parler et ce fut le tour d'un jeune homme.
Il fut présenté.


- Vous avez l’air d’une grande guerrière. Nous verrons si un face à face s’imposera entre nous.
Le Baron ne croyait pas si bien dire ,je n'estais pas à mes première joutes ...Ni à mes premiers combats.

Bien le bon jour Baron , ravie de vous rencontrer ... Une grande guerrière ...Je n'ai point ceste prétention pour cela il faudrait demander à ceux qui se sont frottés à moi .

J'éclatais de rire en pensant à ceux qui c'estait retrouvés au sol après que la tornade de Chignin soit passée.
Alinoé vint à ma rencontre.Et embrassandes comme à chaque fois que nous nous voyons.


- Ton voyage c'est bien passé ? Oû est le grand homme ? et...
- Tu l'as laissé en route ? Vilaine !


Mon voyage fut excellent et le tien bien passé ?
Pas de mauvaises rencontres ?

Pourquoi pensait elle que je puisse perdre Nerval... Comme si j'avais déjà fait cela ,non mais ...
Quoi qu'en y pensant c'estait fort possible oui.
Je lui répondit à voix basse


Non ceste fois c'est lui qui est arrivé avant moi ,il est partit quelques jours plutost afin de se mettre dans le bain et tout préparer estant nostre hérault es joutes .Et comment peux tu penser que je le sème en route ...Enfin j'espère qu'il est arrivé sans encombres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alinoë de Chenot



Messages : 6
Date d'inscription : 29/05/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 17:04

- Pourquoi j pense ça ? Devine ! Ben s'il est en carrosse pas de soucis. On va voir si nos campements sont lois de l'autre ?
Au fait tu ne sais pas si Yrvis est arrivé ?


Alinoë observait les deux Heloïse discuter


- Je ne demande si Elektra sera là: Cela fait un moment qe je ne l'ai pas vu, Depuis son départ de Savoie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yrvis



Messages : 2
Date d'inscription : 10/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 17:10

Yrvis arrivait enfin à l'endroit que l'on lui avait indiqué, mettant un terme au chants qu'il fredonnait depuis son départ de Chambéry. Il regardait curieux l'installation qui se mettait en place sous ses yeux, cela bougeait de partout, comme une fourmilière. Il savait en venant qu'il n'avait pas grand espoir à avoir, étant débutant, mais la curiosité avait été la plus forte et il n'était pas mécontent d'être arrivé sur place.
Il descendit de cheval et une fois à terre, prit la gourde qui était accrochée à sa selle et se désaltéra. Cela fait, il prit la longe de son cheval et le tira à sa suite, se demandant bien ou il allait s'installer et comment, car il n'était venu qu'avec son cheval et son armure attachée sur une mule.

Tout en avançant, il se pencha et ramassa un brin d'herbe qu'il se mit à mâchouiller entre ses dents, voyant des personnes qui discutaient entre elle, ne connaissant personne, il ne voulait les déranger. Rectification, parmi le groupe, il lui sembla reconnaitre une silhouette qui ne lui était pas inconnue, mais oui, c'était Alinoë, cela lui fit plaisir de la retrouver, mais il attendrait qu'elle ait finit de discuter pour aller la saluer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Semias



Messages : 6
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Dim 10 Juin - 19:40

[Un peu à l'écart de l'agitation des retrouvailles]

Le Balsac avait quitté la réception des invités, et s'était rapproché de la tente qui lui servirait d'appartements pour les quelques jours que dureraient les joutes et autres festivités associées. La tente en elle-même, bien plus grande qu'il n'eut été nécessaire pour un seul homme, était entourée de plusieurs autres petites tentes annexes, où le personnel du Balsac élirait domicile. A l'entrée l'attendait son valet, le fidèle Lahire, prêt à lui prodiguer toute l'aide dont il aurait besoin. Et s'il lui parlait parfois avec humeur, le Duc savait combien Lahire lui était indispensable.

"Les affaires de Votre Grâce ont été préparées et vérifiées.
- Tu m'en vois rassuré, Lahire. Mais pour l'heure j'ai d'autres priorités. Le nécessaire d'écriture est-il en place ?
- Pour sûr, oui. Suivez-moi."


Comme trop souvent, le Balsac avait parlé sans trahir de par sa voix s'il s'agissait d'une affaire d'importance ou non. Le valet l'accompagna donc à l'intérieur de la tente, et indiqua dans un coin une table sur laquelle était posée de quoi satisfaire les besoins d'un romancier particulièrement prolixe. A croire que Lahire avait prévu le coup... Une fois le Duc assis, il lui tendit d'une main un vélin de qualité, réservé aux missives officielles, de l'autre une peau de bête bien moins classieuse, réservées pour les cas d'importance moindre, ou les personnes qui ne s'en offusqueraient pas.

"Le vélin. La missive se voudra déjà bien assez informelle pour que je m'autorise quelque autre frivolité.
- Voici, Votre Grâce."


Aussitôt dit, aussitôt fait. Le vélin était donc posé devant le Balsac, qui s'accordait quelques instants de réflexion avant d'y coucher ses mots. Et le valet put reposer la peau sur un coin de la table, pour s'en débarrasser. Quant enfin le Duc estima avoir concentré toutes ses idées, il laissa sa main parcourir la missive et y imprimer une écriture soignée.

Citation :
A Alandrisse de Montbazon-Navailles, & Garance de Chéroy,
Salutations.


Veuillez pardonner, Votre Grandeur & Mademoiselle, l'inopiné et l'informel de ce message. Il en va ainsi selon mon coeur, et gagez qu'il s'agit là d'un de mes plus grands défauts. J'espère, dès lors, que je ne froisse en rien vos personnes, et vous invite à me le faire savoir, le cas échéant.

Quelques mois durant, nous nous serons côtoyé en la ville de Paris, Votre Grandeur, sans pour autant que nous ne prenions la peine d'échanger plus longuement que pour quelques histoires d'ordre administratif. Il va de soi que je trouve ceci regrettable, surtout pour qui sont voisins géographiques partageant, si ce n'est les mêmes craintes concernant l'avenir de nos Provinces, au moins le même intérêt respectif.

De vous, Mademoiselle, je ne sais que trop peu de choses, exception faite de votre appartenance à l'une des grandes familles de France. Il convient alors de remédier à cela, car j'aime à faire de nouvelles rencontres, elles m'enrichissent, elles ont ceci d'agréable que d'apporter un peu plus que de vagues présentations à qui veut bien se donner la peine de les approfondir.

Aussi, je me permets de vous transmettre, à toutes deux, invitation à venir partager le verre de l'amitié en mon campement. Nous aurons tout le loisir d'y échanger et d'apprendre les uns des autres. Il eut été préférable que de vous convier en mes terres de Balsac, particulièrement charmantes en cette saison, aussi je vous prierai de ne pas tenir compte du sommaire du lieu.

Cordialement,


Semias de Marigny,
Duc de Combrailles & de Mauriac, Baron de Balsac.
Le message terminé et signé, le Duc le tendit à son valet. Ce dernier le roula avec attention, et en assura la fermeture avec une cordelette.

"Fais porter ceci à Alandrisse de Montbazon-Navailles. Elle participe aux joutes. Ou se trouve sur le campement, du moins.
- Oui, Votre Grâce.
- Hmmm... Il se peut qu'elle soit encore aux présentations avec la Dame de Moncel. Attends qu'elle ait rejoint son campement.
- C'est entendu."


Et le valet s'éclipsa, investi de sa nouvelle mission.


Dernière édition par Semias le Mer 13 Juin - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un début.    Aujourd'hui à 1:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce qu'il faut bien un début.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . Archives . :: Seigneurie de Moncel-
Sauter vers: