AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
HRP : Le forum fait peau neuve. Le HRP prime ici mais, un bon coup de fouet ne serait pas un luxe inutile ! Si soucis on le dit ! Merci de votre compréhension... <3

Partagez | 
 

 Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ellebasi
Seigneur
Seigneur


Messages : 124
Date d'inscription : 26/03/2011
Localisation : Nancy

MessageSujet: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Sam 2 Fév - 16:57

Que de cérémonies de mariage en ce moment. Celui qui est en cours son cousin et maintenant celui de sa cousine Sarah..Quelque jours pour respirer et puis la voilà repartit. Mais elle adorait çà et ne sans lasser jamais.

Le grand jour était arrivé ; dans la chapelle,Ella finissait de se préparer. Sa robe d'officiante devenait de plus en plus étroite, et soulignait son ventre de future mère, elle ne pouvait plus le cacher, même si elle avait pris soin de coudre une robe plus grande, la diaconesse devenait rapidement toute ronde... Un doux sourire sur les lèvres, elle se leva, arrangea sa tenue pour rester le plus discrète possible, après tout, elle ne devait pas gâcher la journée des mariés en leur volant la vedette !!

L'église avait été soigneusement décorée par mes soins et ceux des enfants, à qui Ella avait demandé service ; la petite troupe, guidée par Ya,la plus grande d'entre eux, avait pris soin de mettre des fleurs et des lierres en feillage un peu partout pour égayer l'édifice.




Parfait les enfants !!! C'est très joli vous avez fait du très bon travail !!! Tenez, voilà votre récompense !!!

Elle distribua à chacun des sucrerie comme promis et sourit devant leur joie d'avoir pu aider dans les préparatif, elle les encercla dans ses bras en leur embrassant leur front . Ella sourit et se tourna vers sa fille.

Merci ma chérie de ton aide en lui déposant une tendre bise .

Elle l'entraîna vers la sacristie et tendit les cordes des cloches à Twib.

Peux tu faire sonner les cloches à toute volé mon ange !!! Ella était fière de ses enfants en les regardant le cœur rempli de bonheur de les avoir auprès d'elle...

Une douce bise maternelle sur le front de Ya, puis, tandis que Twib se mettait à tirer les cordes pour faire sonner les cloches, la diaconesse retourna sur le parvis pour accueillir les premiers arrivants. Le temps était splendide, un temps idéal pour un mariage



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Elisabeth



Messages : 50
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Sam 2 Fév - 22:19

[Appartements de Sarah Elisabeth]


Il y a un mois, elle avait été sombre et triste. Il y a un mois, il était venu la chercher dans sa chambre pour un mariage. Il y a un mois il lui avait fait revenir un sourire sur les lèvres. Il avait cet effet sur elle, de tout transcender de tout rendre plus clair, plus sur, plus vivant. Elle ne savait pas ce que serait son devoir d'épouse mais elle savait qu'auprès de lui elle braverait tout, supporterait tout, simplement parce qu'il était là.

Elle était à nouveau là, le front contre la fenêtre à attendre de voir passer les invités afin de pouvoir rejoindre la chapelle. Ciel que son coeur battait vite. Elle voulait déjà y être, déjà échanger les consentements, déjà être sienne devant le Très Haut. Il lui donnait des envies d'éternité, des rêves de plus haut. Elle s'était battu pour lui. Elle avait lutté contre Père, contre Mère, contre Adrian lui même quand elle avait décidé que ce serait lui. Et en ce jour, en cet instant, elle tremblait. Et si une catastrophe empéchait tout? Elle avait participé à la protection de Nancy contre le Fatum. Mais rien ne devait empêcher ce jour. Rien. Elle était capable d'aller lutter contre la terre entière. Pour lui, juste pour lui.

Sa camériste avait pris soin d'elle. Elle l'avait lavée, parfumée, coiffée et habillée de la sublime robe pourpre offerte par sa mère. Elle avait frotté sa peau avec un gant de crin, et l'avait crémée avec soin. Lui expliquant qu'être douce était un devoir pour sa nuit de noces. Ou comment faire monter un peu plus la pression chez la jeune fille dont ce moment à venir était nimbé des plus grands mystères, et des mythes les plus abacadabrants. Tout ce qu'elle savait c'est qu'Adrian prendrait soin d'elle et c'est tout ce qui importait.

La jeune femme en rouge était donc là, dans ses appartements, indifférente à son chiot Montjoie qui dormait sur son lit, avec son chaton Kyrène qui faisait ses griffes sur le ventre du dogue sans le moindre complexe. Une seule idée : venez, venez tous que puisse commencer le plus grand moment de sa jeune vie. Qu'elle puisse le rejoindre... Enfin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian.de.montjoie



Messages : 6
Date d'inscription : 05/01/2013
Localisation : Bourg-en-Bresse ou forteresse de Mettlach

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Dim 3 Fév - 13:38

[lieu de résidence d'Adrian]

Et voilà, après tant d'attente, tant d'atermoiements, tant de déceptions, voilà qu'Adrian prenait enfin la direction de l'autel, afin d'accomplir l'un des plus grands voyage de sa vie.Une voyage qui devrait durer l'Éternité selon Gino, son fidèle serviteur. L'Éternité... en temps normal cette notion aurait fait peur au Chancelier de Savoie, mais il ne concevait que cette durée aux côtés de Sarah. Devant le Très Haut ils allaient bientôt lier leur vie et leur âme, à jamais. Cela tira un fin sourire au blondinet.

Alors qu'il réfléchissait à tout cela, sa servante Elise tentait tant bien que mal de l'habiller convenablement, afin qu'il n'arrive pas vêtu comme un souillon pour son propre mariage: selon elle cela serait du plus mauvais effet et sa douce n'apprécierait sans doute pas. Elle lui fit enfiler une chemise d'un bleu profond, des braie un chouia plus clair puis lui passa par-dessus un long et lourd manteau bien chaud, fort élégant. Elle le força ensuite à s'asseoir afin de pouvoir lui passer ses bottes, superbement lustrées.


Quel collier as-tu prévu Elise pour aller avec ?

J'avais pensé à la toison, maistre. Mais j'peux changer si c'vous va point...

Non tu as fait un bon choix. Va la chercher et passe la moi. Nous sommes en avance, c'est parfait. Gino, fait préparer le bastringue, on part dès que je suis prêt ! Hop hop hop on se bouge !


Il ne fallut pas longtemps pour que le jeune baron soit enfin entièrement préparer et prêt à partir. Avant de sortir de la chambre, il se tourna vers Elise et déclara, avec une pointe de menace:


Fait passer le message: je veux que Mettlach soit rutilant quand je vais arriver avec ma femme ! Si jamais il ne devait pas en estre ainsi, les coupables seront chastié avec la plus grande sévérité...

Ceci étant dit, il partit, direction une nouvelle aventure.

[Les lieux du mariage]

Enfin arrivé, allélouia, loué soit le Très Haut toussa toussa. Il semblait être dans les premiers, voire même le premier. Cela lui tira un sourire énorme. Le baron se tourna vers Gino et lui murmura:

Heureusement que le jour de mon mariage je ne suis pas dans les derniers, ça l'aurait foutu mal sinon hein.

Il rit de bon coeur puis alla vers la chapelle, tranquillement. Il espérait bien pouvoir apercevoir sa promise, avant la cérémonie, lui sourire, la rassurer. Les cloches commençaient à sonner, bientôt, très bientôt ils seraient enfin mari et femme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Talleyrand



Messages : 3
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Dim 3 Fév - 14:58

(Appartements mis à disposition du duc)

Petit aparté pendant ce conflit qui devenait long pour les nerfs du pansu duc de Piémont. Le mariage de sa filleule serait une part de douceur non négligeable. Il avait fait mander sa cadette pour se rendre tous les deux à l'office religieux. Ainsi le balafré attendit sa fille. Cette dernière ne se fit pas trop attendre.

- Bonjour ma tendre fille, vous êtes ravissante. Comment vous portez-vous ?

Pour quelques heures le patriarche avait tronqué son armure pour des vêtements amples, chauds et luxueux, il ne sera pas dis qu'un Talleyrand venait en haillons à un office religieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlotta_Isabel



Messages : 2
Date d'inscription : 31/12/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Dim 3 Fév - 15:15

Carlotta s'apprêtait à l'aide de sa camériste, en fait, elle se retrouvait seule au moment où son père choisi de paraître. La robe qu'elle avait choisie n'était pas pour faire parler, seulement, la Volpilhat et la Talleyrand s'était prit de passion pour le noir.
Ce fut ainsi que son paternel la trouva, dans une robe longue noire, assez simple, avec quelques touches de couleurs, les cheveux tombant dans son dos. Sans doute, serait-elle la seule à être ainsi pour un mariage, néanmoins, ce n'est pas comme-ci elle s'en souciait. C'était le jour de Sarah, les deux amies avaient traversé une petite tempête durant les dernières semaines.
Mais, Carlotta se disait que si les deux étaient vraiment des amies alors, il fallait parfois savoir passé à autre chose.

La poupée rêvait parfois de son propre mariage, même si l'idée qu'on lui impose un époux transformait le rêve en cauchemar. Elle rêvait d'une aventure pour le jour qui devait être le plus important de sa vie, elle a cheval, entrant dans une cathédrale et voyant celui qui servirait d'époux en lui jetant un regard noir et rempli d'autorité, ce serait elle la chef dans le couple.
Mais ça, ça c'était son rêve. Peut-être qu'il serait différent, peut-être que les choses seraient différentes.

Tournant sa tête vers son père, elle parla enfin.


Mon Père. Vous êtes beau vous aussi. D'un léger sourire elle continua. Je me porte au mieux. Et vous ?

Depuis quelques semaines, le patriarche Talleyrand inquiétait par son état de santé qui changeait souvent. Le visage de Carlotta ne portait plus la trace du bleu, du bleu qu'elle avait reçu en faisant une chute de cheval et en faisant claquer sa joue au sol. La cicatrice à l'intérieur de sa main gauche par contre, resterait à vie, sans doute pour cela qu'elle fermait souvent la main.

Nous pouvons y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell



Messages : 127
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Dim 3 Fév - 17:00

Aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres, oui aujourd'hui était un jour unique, un jour emplit de joie et de douceur ne pouvant que contraster avec la situation actuelle dont était victime la Lorraine. Mais cette parenthèse improbable le temps du journée, serait une bouffée d'air pur pour tous ici présent. Tous le temps d'une journée pourrait se laisser aller au calme et à la tranquillité d'esprit. Ce jour serait gravé dans sa mémoire à n'en pas douter! Après tout c'était le mariage de sa chère nièce, celle-ci lui avait même fait l'honneur de la prendre pour témoins. Rien n'aurait put emplir autant de joie le cœur balafrée de la tornade.

De joie et de douceur la d'Acoma en avait bien besoin ces derniers temps. On pouvait dire que ce début d'année ne fut pas de tout repos et pas non plus de toute joie. Lorsque elle fut élue maire d'Épinal en cette fin de mois de Janvier, elle n'eut pas le loisir de fêter sa victoire et son bonheur. Dès son premier jour de mandat, Fatum fit son apparition et avec cette armée une cinquantaine de brigands si avide de détruire la Lorraine. Bien qu'elle était inexpérience en la matière, jusque à présent elle arrivait à bien s'en sortir, il fallait dire aussi qu'elle était bien entouré, et envieuse de réussir.
Mais Fatum fit plus d'un fracas dans la vie de la sombre tornade. En plus de s'attaquer à sa terre si aimé, ils détruisirent aussi son couple. Quelques semaine à peine avant son mariage voilà qu'ils avait réussit à convaincre son fiancé de partir avec eux... Détruisant ainsi le coeur de la d'Acoma. Bizarrement elle n'en voulait même pas au blond, après la colère et la haine passé elle s'était fait une raison, le laissant vivre sa vie d'aventure. Mais Hellina était tout de même rancunière, un minium fallait pas être bonne poire tout de même, sadiquement elle le laisser croire une sois disante liaisons entre elle même et Thomas-Sauveur. Elle ne démentait pas les propos, laissant le doutes planer, ce qui amusait Thomas autant qu'elle. Angel croyant dur comme faire à cela, prouvait nettement à Hellina qu'il la connaissait bien mal, et donc qu'au final ils n'étaient peut-être pas vraiment fait l'un pour l'autre.

Malgré ce constat, elle ne pouvait s'empêcher d'être profondément malheureuse. Sauf ce jour! Étrangement la Princesse de Mescaoui comme la nommait Eudes ( vous lui demanderez pourquoi...), c'était levé d'excellente humeur. Aujourd'hui rien n'aurait put entraver à son bonheur. Sa Nièce se mariait!! Elle aimait tant voir le visage de Sarah s'illuminait lorsque elle parlait de son promis, la voir rêver de leur vie à deux, que la sulfureuse d'Acoma ne pouvait qu'approuver se mariage. Elle qui étrangement à chaque mariage de la famille se trouvait être septique pour ce mariage si ce n'était pas le cas. Pourtant elle n'avait rencontrer que brièvement le promis, mais elle savait qu'il était parfait pour Sarah, c'était lui et pas un autre! Bon même si elle n'avait pas de crainte cette fois, la Hellina Sur-protectrice et maternelle avec sa famille n'était jamais loin, et elle veillerait toujours sur le bonheur de sa Nièce. Il avait donc plutôt intérêt à prendre soin de la Von Strass d'Acoma, si il ne voulait pas recevoir les foudres de la tornade.

Mais pour l'heure ne pensons pas au pire – qui n'arrivera pas espérons le- mais plutôt à la bonne humeur ambiante, enfin concernant la Témoins, la Mariée, elle, devait surement être en grand état de panique.
C'est en douce tatie chérie prévenante et attentionnée, que la d'Acoma se rendit aux appartement de sa nièce. Elle même était déjà prête, sa camériste avait accroché avec soin son haut chapeau, et sa tenue était en accord avec la robe et le bouquet de la mariée.
Elle tapa doucement à la porte de la chambre.

Sarah? C'est Tante Helli, je peux entrer?

Après une affirmation positive, elle pénétra dans la pièce, et un sourire béat prit place sur ses lèvres lorsque ses yeux se posèrent sur sa nièce. Voyant ainsi la jeune blondinette en robe de marié, son cœur se serra et ses yeux se mouillère légèrement. L'émotion était forte à cet instant là. Elle aimait beaucoup Sarah, et la voir ainsi l'émut énormément.

Ma puce tu es juste... Splendide!

Elle s'avança alors vers elle, bras tendue et la prit avec tendresse dans ses bras, la serrant contre son cœur.

Je te souhaite d'être heureuse Sarah, tu le mérites tellement... Mais sache que je serais toujours là d'accord? Si jamais quelques chose ne vas pas, je serais jamais bien loin de toi! Ne l'oublie jamais!

Elle embrassa sa nièce avec émotions, un large sourire sur les lèvres.

Es-tu prête? Si il te manque quelques chose dis moi, nous avons encore un peu de temps devant nous.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip de Talleyrand



Messages : 2
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Belley, Savoie.

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Dim 3 Fév - 20:30

Un mariage … Il n’avait pas été souvent invité à un mariage, surtout par des personnes qu’il connaissait à peine, si ce n’est que professionnellement pour l’heureux époux. Enfin heureux, qui peut être heureux d’épouser une femme, cette sous-espèce « d’Hommes », indigne d’avoir le mot « Homme » dans leur classification par Philip lui-même. Adrian von Frayner, Chancelier de Savoie, se mariant à une lorraine … Fort regrettable, alors que Philip lui trouvait un certain charme qu’il venait tout de suite de perdre en ouvrant l’invitation qu’il avait reçu. Enfin, on ne change point la nature des hommes, fort malheureusement. En grandes pompes, comme d’habitude. Tenue de la haute bourgeoise qui lui avait coûté une petite fortune, toujours avec une paire de gants à ses mains, coiffure soignée, son jabot au cou, rien d’anormal en soit. Sortant de ses appartements qu’on lui a prêté pour cette occasion, il s’arrête devant ceux de son nouveau père adoptif. Il est normal qu’il rentre dans l’église avec lui et certainement sa sœur, Carlotta Isabel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles de Talleyrand



Messages : 3
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Dim 3 Fév - 23:46

Le regard de père se posa une nouvelle fois sur sa fille, sa perle, sa prunelle, l'intouchable, toute sa vie. Elle s'inquiétait pour son papa, cela touchait le vieillissant balafré.

- Votre Père se porte bien aujourd'hui, il n'a guère le choix avec cette maudite guerre.

Puis soudain le paternel comme prit par le goût de la mode questionna sa cadette.

- Le noir ? N'est-ce pas étrange comme couleur, sommes nous en deuil ? Où est-ce une mode qui vient d'être lancée ?

Instant de futilité absolue, discuter chiffons, cela aurait dû être le rôle de sa mère. La duchesse absente. Que cela blessait le coeur du duc, se mariage certes fécond ne le rendait pas pleinement heureux, mais doit-on l'être ? Questionnement intense.

Elle répondit, cela le fut sourire.

- Nous attendons ton cousin Thomas, je l'ai nommé comme écuyer pour lui apprendre ce que c'est d'être un Talleyrand.

Instinctivement il déposa un baiser sur le front de sa fille et remit une mèche de ses cheveux à sa convenance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas_sauveur



Messages : 5
Date d'inscription : 03/02/2013

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Lun 4 Fév - 13:01

Un mariage, il en avait entendu parlé celui de la filleule de son Oncle, une certaine Sarah et peu de temps c'était retrouvé à accompagner sa famille dans cette cérémonie. Enfin sa famille surtout Charles, Thomas n'étant pas au courant que Phil et Carlotta seront présent. Prenons donc le temps de trouver des habits pour la dite cérémonie religieuse, il enfila des braies blanche accompagner d'une chemise d’azur et d'or, avant de surmonter le tout d'un cape tout à fait convenable et plongé dans ses bottes de fourrure, classique et pourtant l’ensemble le rendait très élégant. C'est donc ainsi qu'il arriva sur le lieu des épousailles quelque peu perdu au milieu de tout ses visages inconnus ou simplement trop empressé pour qu'il les reconnaissent. Ainsi donc il était du côté des chambres prêté pour les invités alors qu'il cherchait du regard un semblant de Duc du Piémont en vain, ou pouvait donc ce cacher cet oncle tant attendu ?

Il ne savait pas trop, mais lorsqu'il tomba nez à nez devant son cousin, l'homme ouvrit de gros yeux d'étonnement. Attendez là, c'était pas dans le contrat qu'il soit présent lui ? Heureux bien qu'un peu mal à l'aise de le retrouver comme ça, le Ténébreux sourit à son sang et s'inclina légèrement devant Phil en guise de salutations courtoise. Il aimait -beaucoup- son cousin, mais devant l'inattendu de la situation pouvait-il faire mieux que de le saluer avec courtoisie et savoir vivre ? Sans doutes pas. Fixant la porte devant-la quelle il attendit, Thomas frappa quelques coups sur le bois prévenant ainsi les autres enfin Charle de son arrivée.


Heureux de vous revoir Philip, vous êtes très élégant.

Enfin comme toujours en réalité, attendant l'ouverture de la porte le Talleyrand d'une autre branche de la famille attendit d'entrer dans le vif du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luisa von Frayner



Messages : 8
Date d'inscription : 12/04/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Lun 4 Fév - 14:33

Des baptêmes, des messes, des enterrements…Luisa en avait vus, c’était bon, elle était calée dans ces cérémonies-là. Mais des mariages…aaah, les mariaaages…On lui en avait contés, elle en avait vue des peintures, entendu des souvenirs, et surtout, elle en avait rêvé. Mais quelle jeune fille n’y rêvait pas ?
Luisa était, en jeune fille naïve de douze ans, de ceux pour qui le mariage représentait un bonheur, une situation dans laquelle on engageait notre amour et notre honneur, et pour laquelle on se battait, à jamais. À n’en pas douter, l’idylle reconnue de ses parents y était pour quelque chose. Comment ne pas rêver de vivre la même sorte d’amour que celle que l’on a sous les yeux depuis son premier jour ?

Pendant des années, elle avait insisté auprès de ses parents : elle voulait se marier. Tout de suite. Elle devait devenir une dame !
Puis elle avait grandi, elle avait commencé à en devenir vraiment une, à se rendre compte de l’ampleur, l’importance du mariage : ce n’était pas juste une cérémonie magnifique et une vie heureuse ; on ne cessait de lui répéter que chez les gens comme elle, on ne choisissait pas, on se faisait choisir ; elle n’arrêtait pas de voir des époux se disputer, se haïr et se fuir ; elle entendait de plus en plus de monde raconter un époux frappant sa femme ; elle entendait à tous les coins de rues parler de ces femmes pour qui elle avait une profonde aversion, les catins…Mais ses parents s’étaient choisis, eux, et ses parents ne se disputaient pas, ne se frappaient pas…
Mais désormais, ce mariage cessait de lui faire peur et de l’angoisser, il commençait plutôt à l’intriguer. On lui en parlait, de plus en plus, et elle y pensait, de plus en plus. Elle n’avait certes pas encore l’âge de se marier, mais nombreuses étaient les filles de son âge déjà fiancées, et il semblerait, justement, que certaines de ses amies se marient ! À vrai dire, une seule, et c’était justement la cause de la présence de Luisa à Coussey (sans blague) : Sarah se mariait ! Grande première, donc, pour Luisa qui assistait à son premier mariage, et dont une amie se mariait pour la première fois. De surcroît, avec Adrian !, un cousin qu’elle n’avait malheureusement pas encore rencontré. Ce serait chose faite, hein ?

Et justement, alors qu’elle venait d’entrer dans la chapelle et qu’elle constatait avec étonnement qu’il n’y avait encore preeesque personne, Luisa aperçut le futur époux (ça se voit, si, il est tout bien habillé et tout, avec des cheveux tous blonds comme on lui a dit), et n’hésita pas à se diriger vers lui, grand sourire aux lèvres.


    Félicitations, Monsieur le Baron !
    J’suis heureuse de vous rencontrer, Luisa von Frayner, nous sommes cousins, mais bon, vous devez le savoir.
    Sarah parle beaucoup de vous !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre



Messages : 21
Date d'inscription : 19/09/2011

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Lun 4 Fév - 18:18

**** La veille très très tôt le matin, en France****

Un bâillement, deux bâillements et enfin une phrase pouvait sortir de sa bouche :

Tout est prêt?

Oui votre Grasce, votre fille vous attend déjà dans le carrosse avec la nourrice et la garde est prête pour le départ

Bien allons-y, je serais de retour dans 5 jours

Bien votre Grasce

Les ordres étaient donnés, aucun arrêt ne serait autorisé avant de toucher le sol Lorrain elle ne voulait surtout pas arriver en retard pour une fois ... C'est donc à la lumière des bougies alors que le soleil dormait encore que la duchesse sa fille, la nourrice et Sophie partirent en direction de la Lorraine pour un grand événement : le mariage de sa fille !
Elle allait portait sa robe, la robe qu'elle avait achetée un jour et qui aurait été pour une de ses filles, à cette époque elle était encore "pucelle" et venait seulement de rencontrer Lisandru, Dieu comme le temps passe vite ...

Un seul arrêt fut fait durant ce voyage, dans la capitale de la Champagne, il fallait bien changer les chevaux pour que ceci ne meurt pas d'épuisement à force de trotter aussi rapidement pour arriver à temps...La journée était passée et la nuit arrivait à nouveau, les couvertures furent sortie et le carrosse roula et roula encore, certes plus doucement, pour ne pas réveiller le petit monde qui dort dedans.

Cassandre n'avait aucune crainte à dormir ainsi la nuit pendant que le cocher roulait à la lumière des lanternes car la 12 Enes de gardes, 3 à l'avant comme éclaireur, 3 à l'arrière, et trois de chaque côté de la voiture, étaient là pour assurer sa protection .
Quand la bonde ré ouvrit les yeux, le soleil était présent, sa fille toujours aussi silencieuse jouait avec sa poupée sans faire de bruit sous le regard attentionné de la nourrice et comme si elle c’était réveillé pour entendre cela elle entendit le cocher dire :


Nous sommes en Lorraine votre Grasce ! Nous arrivons bientôt dans vos terres !

La blonde sortit sa tête et dit

Bien, plus vite je vous prie !

Et voici que les chevaux d'un noir majestueux partirent d'un pas allongé pour ne pas réveiller les dormeurs à un joli trot allongé, inutile d'être un expert pour sentir que la vitesse change et qu'ils vont bien plus vite. Une demi-heure ils arrivèrent à Chatel sur Moselle ou l'enfant put se défouler les jambes et manger un vrai repas de produits frais de la région pendant que sa mère prit un bain et que ses domestiques étaient dans tous les sens pour rendre leur maitresse la plus belle possible .
Après une bataille de presque un quart d'heure sur ses cheveux et une bonne demi-heures pour choisir sa tenue, la duchesse était enfin prête .


Emmenez-moi ma fourrure de renard je vous prie, il fait encore froid

Oui votre Grasce

Une fois que la fourrure si douce de cet animal fut apporté, que l'enfant eut fini d'être préparé et nourri et les chevaux à nouveau changés, Cassandre donna repos aux gardes et partit en direction des D'Acoma pour le mariage de sa fille qu'elle ne raterait pour rien au monde

**** D'Acoma nous voila ! ****

Après à nouveau de la route et quelques leçons de vie à donner à sa fille, elles arrivèrent enfin sur le lieu de la terre promise ! Du monde arrivait déjà et Cassandre à peine sortie de son carrosse s'empressa d'aller retrouver sa fille, laissant la plus jeune avec la nourrice jouer un peu dans les jardins avant que le mariage commence .
Elle tapa deux coups à la porte de son ainée et entra, elle constata qu'il y avait Hellina et lui adressa un sourire avant de regarder sa fille les yeux se retenant de pleurer tellement elle était émue .

Tu es merveille ma fille, magnifique ... je ...

Ben oui elle ne savait pas quoi dire quoi ! L'émotion non de non ! Elle la prit dans ses bras pour lui faire un câlin ... C'est que la Cassandre elle n'était pas des plus heureuse de voir sa fille partir si vite ....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enzo.



Messages : 4
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Lun 4 Fév - 19:10

    [Sur les routes, la veille]


Oh, Gabrielle. Vous rappelez-vous notre mariage ? Dans cette vieille chapelle abandonnée, sous une pluie battante. Avec mon humeur de merde. Et vous m’avez nettoyé les bottes. Et nous nous sommes dis oui. À notre manière. Enzo regarde son alliance et sourit un instant. Un mariage contre tout. Un mariage d’amour, à n’en point douter. Malgré les disputes et le reste. Le jeune homme jette un œil à sa femme, sur sa monture. Elle va devoir se changer une fois sur place. En même temps, le Languedoc n’était pas la porte d’à côté, et sachant qu’elle avait l’estomac fragile dans les carrosses, il n’allait pas lui infliger ça. Puis, honnêtement, ça allait plus vite de voyager ainsi. Suivis des deux gardes présents pour s’assurer de leus sécurité. Pas plus. Les autres étaient restés en leur demeure. Protéger quelque chose tout aussi important que leur vie. Tout du moins pour Enzo. Gabrielle aussi. Il le pensait. Enfin, ça n’avait guère d’importance pour l’instant. Ils allaient à un mariage. Il était témoin. C’était une première d’ailleurs. Pour Adrian. Ce qui faisait étrange, car ça devait faire près d’un an maintenant qu’ils ne s’étaient pas parlés. Un léger litige qui avait fait arrêter les correspondances. Et maintenant un retour. Une demande. Le jeune homme se demanda un instant s’il allait être à la hauteur. Lui qui proclamait à tous qu’il n’avait pas d’amis. Qu’il ne savait même pas aimer sa propre femme comme il faut. Un léger soupir. Adrian. Pourquoi moi. M’expliqueras-tu ? Second soupir. Il était venu. Il avait tout ce chemin, et Enzo n’était pas certain du pourquoi il le faisait. Rendre service ? Pour un ami ? Par envie ? Les trois ? Il ne connaissait pas la future femme du blond baron. Quoique le nom de famille lui disait vaguement quelque chose. Les deux noms à vrai dire. Von Strass. Il lui semblait bien que sa famille avait des amis dans cette famille, mais Enzo n’était pas certain. Pourtant il avait vécu quelques temps en Empire, en Franche-Comté notamment. Pour ce qui est du deuxième nom de famille, il était encore moins sur. N’était-ce pas le nom de famille du mari de sa sœur…? Ironique si c’était le cas. Enfin, ayant prit un peu de retard, Enzo donna un petit coup sec sur les flancs de son cheval et s’arrêta à la hauteur de sa femme, lui jetant un sourire.

- « On va à Mettlach. Le mariage n’est que demain et la nuit va bientôt tomber. Adrian nous y attend. Je ne suis pas certain que nous allons le croiser, ceci dit. Puis nous devons nous-même nous préparer et nous reposer. Regardez autour. Nous sommes déjà sur les terres de la Baronnie. »

Effectivement, vu l’heure de leur arrivée, ils avaient peu de risque de croiser la garde avant l’entrée du château. Seuls quelques villageois pourraient être croisés à cette heure. Enzo garda sa monture au trot. Il connaissait le chemin pour l’avoir fait plusieurs fois. Lorsqu’il n’était pas à Rome, en Bearn ou à Paris, il y avait de forte chance qu’on le trouve à Viviers. Il était même allé quelques fois à Paris avec Adrian. Prendre des cours de danse. Notamment. C’est au bout d’un moment qu’ils arrivèrent devant le château. Présentation d’usage. On prend les chevaux. Le protocole est suivi. On a préparé un endroit pour eux. Adrian avait prévu leurs arrivée. Comme prévu ils n’ont pu voir le Baron. Quelques regards à Gabrielle. Un bain. Des baisers ? Peut-être…

    [Le lendemain, jour du mariage, Mettlach]


- « Vous êtes prête ? On va arriver en retard si nous ne partons pas dans la minute. Un témoin en retard, ça n’est peut-être pas la meilleure idée qui soit, non ? Et vous êtes très bien comme ça. Vous venez ? »


Quelques affaires ramassés. On finit de se préparer. On sourit un peu et… Hop. Même si on sait qu’un mariage c’est ennuyeux. Même si Enzo se doute que Gabrielle va encore marmonner le confiteor au lieu de le réciter. Même si elle va devoir patienter seule, car lui sera devant, à côté du marié.

    [Yeah. Nous ne sommes pas en retard ! ]


Pas en retard. Sauf que. C’est qui cette petite blonde là ? Luisa. La petite peste de Von Frayner est ici. Un regard est déposé sur sa femme, puis Enzo de se pencher un instant, sur elle, léger sourire au visage.

- « Ne serais-ce pas Luisa… ? Venez. »

Une main sur la taille. Faisons de nous un couple presque normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Elisabeth



Messages : 50
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mar 5 Fév - 7:34

[Appartements de Sarah Elisabeth]

On tapait à la porte et Sarah laissa là son observation des premiers arrivants pour aller ouvrir.
Elle savait son cher parrain, son amie Carlota et leur famille dans leurs appartements. Ces derniers ne devraient donc pas tarder.
Elle était heureuse de savoir Carlota présente. Sa chère amie avec laquelle elle avait eu des maux temporaires pour des bétises politiques.
Mais Sarah tenait à ce que tout ceci soit enfin derrière elles et alors qu'elle ouvrait à son témoin, elle confia un pli à sa camériste pour qu'il soit amené diligemment à la jeune fille ainsi qu'à Luisa qui ne devrait plus tarder.


Citation :
Carlota, Luisa,

avoir un témoin est une chose et je compte sur ma chère tante Hellina pour avoir la sagesse que nous n'avons point encore marchant telles des funambules à la fleur de notre âge.
Mais dans ces instants qui ne sauraient tarder de devenir épouse et femme, il me serait un honneur sans pareil que vous acceptiez toutes deux de me faire l'honneur d'être mes demoiselles d'honneur pour que quoi qu'il advienne, je ne perde jamais cette part d'enfance qui sévit en moi.

S.E.

Vélins confiés et consignes données pour faire apporter à ses deux amis les bouquets qu'elle avait fait confectionné en secret en même temps que le sien.


Les missives confiées, Sarah fut toute à sa tante.

Oh, Hellina, ne le confie à personne mais je suis remplie d'appréhension, je l'avoue.
Je sais que j'aime à taquiner Père avec ceci mais dès demain, je vais quitter ce cocon familial enfin retrouvé pour rejoindre Adrian en ses terres.
Sa famille m'appréciera t'elle? Serai je une épouse convenable? Assumerai je comme il se doit mon rang et le sien? Tant de questions se bousculent...


Inspirant un grand coup Sarah essaya de se calmer et sourit à Hellina prête à répondre à sa question quand sa mère fit à son tour son entrée.
Etre avec ces deux femmes eut en cela de la rasséréner pour le moins. Serrant sa mère dans ses bras, elle finit de répondre à sa tante.


Et bien j'ai quelque chose de neuf avec mon bouquet de mariée, quelque chose d'emprunté avec ma robe, quelque chose de bleu avec mes yeux...

Sarah rit à ce détail.

Par contre, je n'ai rien de vieux pour parachever la coutume....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell



Messages : 127
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mar 5 Fév - 8:45

[Appartements de Sarah Elisabeth]

Hellina ne pouvait que sourire avec douceur devant les paroles de sa Nièce. Elle comprenait cette peur qui lui tenaillait le ventre, cette appréhension qui nous faisais manquer d'air.
Oui les Jours J des mariages étaient toujours très angoissants, se posant mile et une question, mais lorsque la marié se retrouvait devant l'autel au près de celui qui deviendras son époux, toute ses peurs disparaissaient... Il en serait de même pour Sarah à n'en pas douter, dès qu'elle aura retrouvé son Adrian si aimé tout irait bien mieux.

Cesse de t'en faire ma puce, tes appréhensions son légitime, qui ne l'est pas le jour de son mariage?
Tu seras parfaites en tant qu'épouse Sarah, si Adrian t'a choisit c'est qu'il juge tu es la seule capable d'être à son bras. Et puis comment ne pas t'aimer? Tu es pleine de jeunesse, intelligente à souhait, une éducation parfaite, belle à damner un saint, Oui sa famille ne pourront que t'adorer!


Elle offrit un large sourire à Sarah essayant de la rassurer. Elle n'avait aucun doute sur ce qu'elle disait, elle savait pertinemment que tout se passerait bien pour Sarah. Comment en aurait put-il être autrement ?

Quant à quitter les terres familiales pour celles de ton époux, c'est vrai que ces toujours aussi appréhendé qu'envié. Mais encore une fois tout se passera bien, Adrian t'aime il comprendra que ce n'est pas simple pour toi, et sera doux et patient je n'en doute pas!

A peine eut-elle finit ses paroles que Cassandre entra dans la pièce. En tant que mère de Sarah il était évident qu'elle soit là, mais son arrivée surprit tout de même Hellina. Il fallait dire que la blonde lui rappelait tellement Angel.... Aujourd'hui il aurait du être là présent auprès d'elle, lui tenant la main et posant son regard protecteur et jaloux sur elle. Mais non à présent il était bien loin.... La d'Acoma, ferma les yeux un instant et prit une grande inspirations essayant de repousser sa mélancolie. Lorsque ses yeux se rouvrirent, elle offrit un sourire à Cassandre.

Ah, Bonjour Cassie!

Très vite le sujet des 4 objet portes bonheur, qui était bien sur indispensable pour Hellina très superstitieuse fut aborder. Il manquait quelques choses de vieux......

Excuse moi un instant, je reviens!

Bas de robes relevé dans sa main, la tornade partit en directions de ses appartement au pas de course. Elle avait eut une idée géniale, cela serait parfait pour l'objet ancien.
Elle revint donc auprès de sarah quelques minutes plus tard un coffret en main. Elle le présenta à la jeune fille, non sans un petit sourire émut.



Voici le Collier que ma grand mère à porté le jour de son mariage. Pour toi c'est ton arrière grand-mère, Constance d'Acoma. Ce bijoux à une grande importance sentimentale pour moi, prend en grand soin.

Elle sourit doucement à sa nièce, celle-ci méritait amplement de posséder se bijoux. Elle prit donc soigneusement le collier de perle et le passa délicatement autour du coup de la blondinette.

Voilà normalement tout est bon, tu es superbe vraiment!

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian.de.montjoie



Messages : 6
Date d'inscription : 05/01/2013
Localisation : Bourg-en-Bresse ou forteresse de Mettlach

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mar 5 Fév - 9:53

Adrian était dans ses pensées, perdu comme on devait l'être le jour de son mariage. Qui viendrait, qui répondrait présent ? Sa soeur ? Il l'espérait de tout coeur. Si sa nièce venait cela serait encore mieux. Son père ? Si jamais il passait la porte de l'église Adrian irait l'occire de ses propres mains... à la fin de la cérémonie bien entendu; il était civilisé le blondinet: pas de violence dans une église.

Des pas résonnèrent sur le dallage de pierre, quelqu'un approchait sans doute dans son dos. Le fait que Gino ne se crispe pas rassura Adrian: cela signifiait qu'il n'y avait aucun danger. Depuis sa brouille avec son père le baron avait développer une petite tendance à la paranoïa. Il écouta le bruit des pas: léger, rapide, fluide. Celui, ou celle, qui venait à sa rencontre ne devait pas peser bien lourd, ni être trop vieux. Il se tourna lentement pour voir à qui il allait avoir à faire et se retrouva face à une jeune fille, qui l'aborda avec un immense sourire. L'oeil inquisiteur du Chancelier savoyard l'étudia un bref instant, un demi-sourire naquit sur son visage, alors qu'il s'inclinait légèrement face à la donzelle.


Je vous remercie pour vos félicitation damoiselle. Elles me vont droit au coeur.
Je suis également enchanté de faire vostre connoissance et ne peut que regretter que nous ne nous soyons point croisés plus tost.
J'espère que vous apprécierez la cérémonie et le banquet qui ne manquera pas de la suivre.


Sourire carnassier.

Alors comme cela Sarah vous a parlé de moi ?
Et quelle opinion vous faites vous de vostre cousin à partir de ces propos, jeune demoiselle ?


Du coin de l'oeil il vit approcher Enzo, son ami Enzo. Cela faisait bien longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu. Trop longtemps même. Gino sembla vouloir se mettre en travers de leur chemin, sceptique vis-à-vis de son géant ami. Un petit geste, fort discret du baron, le stoppa net: pas de danger.

Enzo, dame Gabrielle. Soyez les bienvenus !
Cela me rend fort aise !
Vostre voyage fut bon ? Avez-vous dormi sur mes terres ?


Rit légèrement.

Connaissez-vous ma cousine, Luisa von Frayner ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azalée de Sparte



Messages : 1
Date d'inscription : 05/02/2013

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mar 5 Fév - 13:39

Azalée avait reçu une invitation au mariage de sa filleule: elle avait fait préparer ses malles et hop, la voilà partie. Arrivée au château, une servante lui montra l'appartement qui lui était réservé.
Elle put se reposer, se changer.


Elle avait appris que son fils Charles était déjà là: Elle le rejoignit dans ses appartements.


Charles, comment allez-vous? Et ma petite fille, est-elle là?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enzo.



Messages : 4
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mar 5 Fév - 15:23

C’est un regard mesquin qui se pose sur Gino. Toujours présent lui. Depuis le temps, il devrait l’avoir reconnu et arrêter de se méfier autant cet imbécile de garde. Un soupir agacé, et de toiser encore un peu plus le garde avant de porter son attention sur le Baron. C’est que ça devenait fort désagréable ce regard sceptique juste parce qu’il est un peu trop grand. Comme si être grand voulait dire qu’il allait égorgé le blond devant bon nombre de personne et ce le jour de son mariage. Le témoin tueur de marié, prochain scoop de l’année. Vraiment, Enzo n’aimait pas Gino. Et ce depuis toujours. Ça devait être réciproque. Les sinoples détaillent un peu son… ami. Il n’a presque pas changé en un an. Ceci dit, il semble à Enzo qu’il se soit assagi. Peut-être le mariage. Ou les apparences. Rien n’est jamais sur avec cet homme là. Au moins, il a eu la décence de ne pas reluquer sa femme, ce qu’il n’aurait pas hésiter à faire à une autre époque. Bon. C’est qu’il était temps de faire quelques présentations. Adrian connaissait l’existence de Gabrielle, et du fait qu’Enzo viendrait avec elle, mais il ne l’avait encore jamais vu. Que quelques lettres reçus il y a de ça longtemps, lors de son exil, pour parler de ses choses là. De Gabrielle notamment. N’était-ce pas d’ailleurs à cause de sa réponse à un questionnement à cause de ça qu’ils avaient arrêtés de correspondre ? Un litige. Rien de plus. Rien d’affolant non plus concernant Enzo qui à la fâcheuse tendance à éloigner les gens de sa personne. Enfin, ça n’avait guère d’importance et c’était maintenant loin derrière. Le jeune noble afficha donc un sourire au Baron.

- « Adishatz Adrian ! Comment allez-vous ? Nous sommes arrivés dans la nuit, ou presque à Mettlach, hier. Nous vous avons point vu, mais nous avons bien été accueilli. Le voyage c’est bien passé sinon. Il n’a pas fait trop froid. On s’habitue à la température du sud, vous savez. Bien différent de celui d’ici. »


La main sur la hanche de Gabrielle se déplace dans le dos et une petite poussée vers l’avant est faite.


- « Vous l’avez deviné, voici Gabrielle. Ma femme et mère de mon fils. Vous ne l’aviez encore jamais rencontré. Voilà qui est fait. »

Petit sourire poli. C’est qu’Enzo sait se tenir parfois. Surtout quand il y a de la noblesse dans le coin. Ils ne sont pas dans la Rue de Traverse. Et un peu de poudre aux yeux ne fait jamais de tord. Un regard vers Luisa. Il lui semble qu’elle a grandit. Un petit sourire narquois de se poindre au bout des lèvres.

- « Luisa a vécu quelques temps en Languedoc avec sa famille. Nous connaissons aussi ses parents, Ludwig et Liz…ainsi que son frère Lorenz. Je lui ai appris quelques mots en Occitan. »

Entre autre chose. Enzo va tout de même taire qu’il a fait boire la jeune fille. Du Calvados tout de même, pas de la bière de fond de taverne. Et que Gabrielle lui a expliquer qu’il fallait visiter des grottes et voir des étoiles pour faire des bébés. Définitivement, il vaut mieux pas dire ses choses là. Le jeune homme porte donc son attention sur la Von Frayner.

- « Adishatz Luisa ! Alors dites-moi, vous allez bien ? Nous avons peu de nouvelles depuis que vous êtes en Lorraine. »


Notez bien l’effort. Du vous. Une question polie et presque protocolaire. Vraiment, c’est naze la normalité. C'est même agaçant et ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlotta_Isabel



Messages : 2
Date d'inscription : 31/12/2012
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mar 5 Fév - 17:45

Avant Mémé.

Un petit sourire se forma sur les lèvres de la fille du balafré en entendant sa réflexion sur le noir, tout simplement, la poupée lui répondit.

Père, le noir est également une couleur noble et puis ne me va-t-il pas magnifique bien ?

Le noir, elle aimait cette couleur qui aux yeux des autres étaient une chose incomprise, seulement, Carlotta savait, elle savait ce qu'elle avait fait un certain soir, ce qui l'avait conduit à abandonner son innocence, surement pour cela qu'elle choisissait maintenant cette couleur, couleur du deuil. Puis vient sur le tapis Thomas, elle avait échangés quelques courriers avec mais, ne l'avait jamais rencontré, à voir.

Ah oui ? Si vous jugez qu'il peut faire un bon écuyer.

Et pourquoi elle ne pourrait pas l'être écuyer ? Pff, toujours ce favoritisme envers la gente masculine, décidément. On frappa à la porte à cet instant, déjà pour prévenir de la présence des deux mâles Talleyrand et puis aussi pour apporter un billet à Carlotta. Celle-ci le prenant dans ses mains, en fit la lecture haute avec pour écoute son père.

Vous entendez ? Il me faut la rejoindre de suite !

Ce jour était décidément pleins de surprises. Puis elle tiqua. Noir. Est-ce que Sarah le prendrait mal ? Venant de la Volpilhat-Talleyrand il fallait s'attendre à tout, la Von Strass le savait. Mais bon, c'était osé. Enfin bref, osons. Elle ouvrit la porte brusquement et aperçu les deux. Philip et Thomas, Philip elle le connaissait physiquement, il n'y avait rien de plus logique que déduire que l'autre était Thomas. Un petit mouvement des lèvres dans un genre de moue et là voilà prête à partir.

Oh. Bonjour. Père est dans la pièce, je dois partir rapidement, nous nous verrons à la cérémonie et après.

Ouais, elle y allait cash, il fallait que les deux savent que c'était elle la chouchoute, elle la préférée. Après un dernier regard à son père puis elle partait presque en courant vers les appartements de Sarah où elle attendit devant la porte à son tour après avoir signalé sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle_de_Montbray



Messages : 4
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mar 5 Fév - 19:19

- Avant -

Un soupir. Et le regard bleu sombre se pose sur Enzo. Elle ne savait rien de cet homme, Adrian de Montjoie. A part qu’il était fou avait dit Enzo. Maigre information qui ne motivait pas pour un voyage aussi long. Pour assister à un mariage de surcroit. Plus emmerdant qu’un mariage, il n’y avait pas. Et dans celui-ci, Gabrielle ne connaitrait personne, pas même les mariés du jour, elle venait pour faire objet de décoration à côté de son mari, tout ce qu’elle adorait.
Conformément aux exigences d’Enzo elle portait une de ces robes trop décolletée et trop prêt du corps à son goût, un assemblage subtil et complexe de soierie, de coton fin, de petits lacets. Bleue. Il voulait qu’elle soit bleue. Alors la robe était bleue, un bleu profond et dense. Un autre soupir en regardant son épée qu’elle ne pouvait évidemment pas prendre avec elle. Elle aurait bien planqué une dague sous ses jupons mais on lui avait fait comprendre que c’était hors de question. La bienséance. Pourtant si le marié était fou, Gabrielle aurait trouvé rassurant de sentir le froid d’une lame contre sa peau. Enfin. Elle était venue et avait décidé de jouer le rôle de la presque parfaite épouse.
Elle sourit donc à Enzo et le suivit.


- Dans la chapelle -


Un sourire. Un vrai. Oui c’était bien Louisa. Voilà de quoi égayer la journée. Elle était toujours aussi blonde, toujours aussi jolie, mais elle avait grandit. Un peu. Pas étonnant qu’elle soit là, ceci dit, la noblesse locale adore se fréquenter entre elle. Gabrielle serait bien allée discuter avec l’héritière Von Frayner mais voilà qu’un inconnu les salut. Le regard bleu sombre se pose sur l’homme blond, dont elle devine qui il est puisqu’il parle de ses terres. Le fou. Dame Gabrielle de Montbray-Sempère de Montbazon-Navailles, bloody hell*, on n’a pas partagé le même baquet. Ceci dit, il a l’air plutôt aimable et pas complètement ravagé ce Adrian. Et donc Luisa est la cousine d’Adrian. Gabrielle ne comprendra jamais rien aux arbres généalogiques des grandes familles. De toute façon, elle a brûlé le sien. Il valait mieux.

Gabrielle sourit donc aimablement, si, si, elle sait faire, au Baron, bien incapable qu’elle est de faire une de ces révérences dont Luisa avait le secret, tandis qu’Enzo raconte n’importe quoi. Pas froid ? Mais on se gêle les fesses dans cette région oui. Obligée de sauter sur son mari la nuit pour se réchauffer, si c’est pas malheureux.

Blablabla.C'est charmant ces retrouvailles entre vieux amis mais Gabrielle s'en tape.
Et Luisa alors ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luisa von Frayner



Messages : 8
Date d'inscription : 12/04/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mar 5 Fév - 19:35

Son sourire avait été bien accueilli, ses félicitations remerciées, les politesses avaient été faites en règle, et voilà qu'il ne coupait pas affablement la conversation, mais semblait enchaîner volontiers. Même, il avait l'air d'avoir un sens de l'humour ! Résultat : Luisa jugea son cousin fort aimable et le rangea dans le tiroir des gentils-qui-peuvent-facilement-devenir-des-amis. Disons que c'était aussi un petit soulagement, elle en entendait tellement de tous les côtés sur les membres de sa famille - bien sûr, elle restait sourde aux critiques, mais bon, des fois elle avait un peu des doutes, qui tendaient presque un peu vers une sorte de peur, comme par exemple pour Judas (avec des grandes mains de méchant et tout) ou Sancte, pour ne citer personne. Enfin, en deux (ou cinq) mots, Adrian avait l'air chouette.

Un petit rire - valait mieux ne pas s'esclaffer à la première rencontre - devant le sourire amusant qu'il lui offrit, et Luisa entra volontiers dans la discussion, non sans grande ironie dans le ton.


    Vous n'imaginez pas à quel point elle est mauvaise ! Je fais de vous un affreux voleur d'amies, pour les emmener à l'autre bout du monde ! Bon, de l'Empire. Et pas vraiment l'autre bout. Disons, de la Lotharingie. Une semaine à pied, c'est tout de même long !
    Mais bon, rassurez-vous, je ne vous en veux plus, il paraît que vous allez prendre soin d'elle, toussa...Et puis vous m'avez l'air chouette.

Quand même, Luisa n'allait pas faire une rencontre sans prononcer un "chouette".
Mais là...làààà ! Élement hautement perturbateur : il prononça les nom d'Enzo. Et de Gabrielle. Gadrinelle. Quoi ? Ce n'était pas possible ! Enfin, il fallait croire que si, mais bien sûr, Luisa n'y croyait pas. Elle mit donc un certain temps avant de se retourner. À vrai dire, elle resta sur place immobile quelque secondes, le temps de bien écarquiller les yeux et de prendre une grande inspiration de surprise. Enfin, elle se retourna vivement.
Ils étaient là. ILS étaient devant elle, elle qui en avait le souffle coupé par l'émotion. Enzo. Gadrinelle. Bien sûr, qu'elle les connaissait ! Comment ne pouvait-elle pas les connaître ? Comment pourrait-elle être "elle" si elle ne les avait pas connus ?
Ils étaient toujours aussi beaux, chacun, et ensemble ; Enzo était toujours aussi imposant ; Gabrielle toujours aussi...Gadrinelle, sauf qu'elle avait perdu son gros ventre. Tout cela arracha un sourire progressif à Luisa, jusqu'à ce qu'elle montre toutes ses dents.

Bien sûr, le temps qu'elle se retourne, que ça monte au cerveau, qu'elle réalise et qu'elle réagisse, Enzo avait déjà commencé à répondre, et elle se tut donc, prenant plaisir à réentendre sa voix. Comme il avait l'air plus noble. À elle, il n'adressa d'abord qu'un sourire, puis enfin, enfin !, il lui parla, enfin, elle pouvait parler à son tour !


    Enzo !

Il lui parlait, certes, mais si formellement...Peut-être que cela lui suffisait, pour des retrouvailles, mais à Luisa, non. Mais alors, pas du tout. Elle aurait d'ailleurs bien voulu réfléchir à la convenance avant de sauter dans ses bras - enfin, de l'enlacer à la taille (non, plus aux jambes) - mais ce n'était, à vrai dire, pas dans ses habitudes face à ceux qu'elle considérait comme ses amis.
À peine le môsieur lâché, les bras de la jeune demoiselle s'élancèrent autour de la taille de la môdame, l'éternelle Gadrinelle, pour la serrer fort à son tour.


    Gadrinelle !

Oui, je sais, original. Une fois les deux étreintes terminées, elle recula d'un pas, sourire toujours aussi grand, et se pressa à répondre.

    Bonjorn ! Oh oui, je vais bien ! Très bien ! Vous auriez pu dire que vous veniez, tout de même ! Bon ! Oh, ça me fait plaisir, vous savez ? Qu'est-ce que c'est chouette de vous voir ! Comment va Eyquem ? Est-il beau, grand, fort toussa ?

Alors qu'elle posait ses petites questions, Luisa se fit apporter un petit mot, qu'elle attrapa en remerciant d'un signe de tête le messager. Tout ça en parlant, elle est forte, hein ? Elle le lirait une fois la conversation terminée, ma foi, ça ne devait pas être siii urgent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saâdia



Messages : 1
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 18
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mer 6 Fév - 11:07

Discrète, à quelques pas en arrière de Gabrielle, la jeune demoiselle de compagnie syrienne alternait entre une attitude soumise et réservée, et des moments où sa curiosité prenait le pas sur le reste. Ses yeux, un instant baissés, revenaient souvent se poser sur les visages inconnus, sur ces lieux si impressionnants pour elle, et sur sa maîtresse, comme son point de repère. Silencieuse, mains sagement croisées devant elle, Saâdia tentait de faire bonne figure malgré sa tension. Elle se sentait vulnérable au milieu de tous ces occidentaux, d'un milieu social terriblement éloigné du sien... Un pas en avant, et elle se rapprocha discrètement de Gabrielle et Enzo, histoire de ne pas se retrouver brusquement perdue parmi ces nobles inconnus. Elle conservait sagement les yeux baissés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian.de.montjoie



Messages : 6
Date d'inscription : 05/01/2013
Localisation : Bourg-en-Bresse ou forteresse de Mettlach

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mer 6 Fév - 20:57

Adrian rit au dires de Luisa, un rire franc, comme il avait rarement l'occasion d'en faire. Cette petite respirait la vie, et la joie de vivre. Elle lui rappelait ce qu'il avait été, bien longtemps auparavant. Il appréciait sa subtilité et l'ironie qu'il décelait dans sa voix... Haaaa l'ironie, un instrument redoutable si on s'en servait comme d'une arme, un plat délicieux si elle servait à créer de la complicité, comme cela avait l'air d'être le cas à moment-là. Le jeune baron passa sa main dans ses longs cheveux blonds avant de répondre, d'une voix doucereuse à souhait, l'oeil pétillant de malice.

Vous me brisez le coeur ma cousine ! C'est la description d'un horrible monstre sans coeur que vous venez de me faire.
Mais je vous rassure, la Savoie a beau estre loin, elle est aussi très accueillante, et je suis certaiiin que Sarah serait très heureuse de vous voir venir nous visiter aussi souvent que vous le voudrez. Après tout la demeure est grande, largement assez pour avoir bon nombre d'invités.


Il lui fit un léger clin d'oeil puis reprit, la main sur le coeur, après avoir mimé un soupir de soulagement grandiloquent.

Vous me trouvez chouette ?! Mon Dieu, vais-je arriver à me remettre d'un tel compliment? Cela sera sans doute des plus difficiles !
Mais puisque nous en sommes aux confidences, je vais vous avouer que malgré le peu de temps que nous venons de passer ensemble, je puis déjà déceler chez vous des traits que j'apprécie fort, et qui me font dire que nous nous entendrons à meeerveille.


Nouveau sourire golgate, pouf, il passe à Enzo et à sa ravissante épouse.

Haaaa, je suis fort aise de savoir que vous avez pu trouver refuge dans la forteresse ! Mais je suis marrie que nous n'ayons pu nous voir malheureusement. Je devais estre en train de travailler à vostre arrivée... Vous me connaissez Enzo... le travail est pour moi une drogue, presque autant que le vin à vrai dire.

Il rit doucement.

Je suis en tout cas ravi de rencontrer, enfin, vostre épouse. Cela faisait longtemps que j'en caressais la douce envie.

Il inclina légèrement la tête, sourire carnassier illuminant son visage.

Ainsi donc vous connaissiez ma cousine ?
Par le Très Haut, vous avez donc l'air de mieux connoitre ma famille que moi-mesme !


Nouveau léger rire. Il était d'humeur assez joyeuse ce jour-là le baron, d'habitude bien plus mélancolique, lunatique, voire même carrément colérique. Que voulez-vous, le mariage cela vous changer un homme !
Le jeune homme observa son ami, puis repéra, presque invisible derrière Gabrielle, une jeune fille aux traits qui n'avaient décidément rien de bien lorrains. Son sourcils se souleva légèrement, mais il dit rien, attendant de voir si Enzo, ou sa femme, allait faire les présentations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas_sauveur



Messages : 5
Date d'inscription : 03/02/2013

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Mer 6 Fév - 20:57

Il échange quelques mots avec son cousin, les deux sangs n'étaient jamais très expressif en publique et préférait de loin ce retrouver seul ensemble pour échanger des mots moins mornes. Après les éternels, salutations d'usages, ils retrouvèrent le silence du couloir des appartements privés, silence coupé par Carlotta qui ouvre la porte pour échanger autant de mots qu'auparavant avec Philip, décidément les Talleyrand n'étaient pas vraiment du genre amoureux de grand discourt. Fixant l'ombre de sa cousine qui filait déjà à toute allure, l'homme s'inclina devant son Oncle le Duc avant l'arrivée de sa grand-mère qu'il ne connaissait pas et décida de s’éclipser également avant de ne plus pouvoir le faire. Une tape à Philipe en guise d'invitation s'il désirait le suivre et voilà notre Ténébreux qui s'éloigne en direction de la chapelle. Comment le savait-il ? Il suivait un couple inconnus priant pour qu'ils ne décident pas de ce rendre dans une chambre pour copuler. Vœu réalisé, voilà le Bâtard Talleyrand-Belrupt dans la chapelle.

La premier vision le glaça sur le seuil de la porte avant même qu'il fasse un mètre. La blonde SA blonde enlace un homme aussi grand que lui, peut-être un peu plus costaud et accompagné d'une femme aussi inconnu aux yeux de Thomas. Plait-il ? Il avait bien des défauts et quelque rare qualité, mais voir Luisa enlacer un autre avait le don de le rendre furieux. C'était qui ce type ! Soudainement qui hésita à faire demi-tour et retrouver sa famille, ceux qui n’enlaçaient personnes, restait le menton droit en tout temps et avaient le don de ne rien dire de trop déplacé. Mais pouvait-il tourner le dos à l'image de la Von Frayner qui enlace un inconnu, assurément pas. Alors l'homme avance tranquillement dans l'allée, les mains dans son dos et l'air aussi décontracté que possible. Luisa entre temps quitte l'homme pour la femme et ses esgourdes peuvent entendre cette fois le prénom de la brunette : ''Gadrinelle ! ''. Et merde ! Il sait maintenant qui est l'homme et cela ne lui donne aucune envie de s'approcher encore de ce couple dont Luisa n'as que trop parlé. Fait chier ! Heureusement que le sang est le plus fort et que soudainement Philip ce trouve à ses côtés ce qui donne une motivation supplémentaire à Thomas. Ce déplaçant près de celui auprès de qui il à grandit la scène lui semble supportable alors que les conversations continu à un rythme soutenus.

Et soudain les Talleyrand sont à leurs hauteurs, tout deux ce ressemble quelque peu, dans la posture, dans le regard vide d'émotion et dans cette tenue impeccable alors que les gens parfois les dévisages. Philip et Thomas deux jumeaux à quelques années d'écart, deux hommes miroir de l'autre, deux âmes aussi proche que des frères, deux amants lointain, les piliers de l'autre. L'atmosphère ce fit soudainement plus fort pour Thomas qui posa sur la blonde un regard gris emplit de passé, il l'avait prévenu auprès de son cousin la lumière n'était plus. La souffrance seulement motivait son corps et pourtant son sang n'avait rien de coupable dans cet état. Il devenait un être différent, il tenait sa place voilà tout et sa place était d'être à la hauteur de sa famille, de son rôle d'homme, voilà tout. Avec donc ce regard avec Luisa, il en lança un second à Phil sans doute plus sombre encore. '' Ne la touche pas. '' Le préviens-t-il dans le silence de ses azurs et il savait que le sang avait parfaitement reçu le message. Ils n'étaient pas là pour ce donner en spectacle même si Philip était le seul et l'unique au courant de la relation entre Thomas et Luisa. Tout cela ne dura que quelques secondes, heureusement. Un dernier regard sur le parchemin qu'elle tenait dans sa main, froncement de sourcil ne demandant bien qui lui écrivait maintenant et le Talleyrand-Belrupt, afficha sur ses lèvres un sourire on ne peut plus courtois.


Le bon jour jeune Von Frayner. Messieurs, Madame. Si le couple étaient Enzo et Gadrinelle, l'homme devait être à coup sûr le marié et il semblait assez bien dans ses bottes pour un futur époux. Thomas un peu mal à l'aise s'inclina sans trop en faire et décida de continuer dans les présentations, afin que tous sache qui sont les deux culottés qui les dérangent.

Nous sommes Thomas Sauveur Talleyrand-Belrupt et voici notre cousin Philip de Talleyrand. Belrupt, oui enfin bon il n'allait pas de suite perturber tout le monde, déjà que à coup sûr certain ce demanderons qui étaient les 'nous' de Thomas, il n'allait pas rajouter des noms à rallonge à perdre les plus grand héraut du Royaume. Pendant toute la présentation, il n'avait regarder personnes, posant une main sur l'épaule du sang lorsque son prénom fut prononcé et il ferma ses doigts sur la chemise du cousin. Puis décida à lâcher le tissu à grande peine, trop profondément encré dans cette idée de veiller sur lui. Ils ne pouvaient pas être dans la même pièce sans sembler trop proche, trop lié. Cependant Thomas pour la toute première fois était partagé entre son amour pour Luisa et ses sentiments pour Phil, si bien que doucement il fini entre les deux, l'air de rien alors que les azurs du Ténébreux questionnèrent toujours la gamine du regard. Pourquoi avait-elle ce besoin d'enlacer les gens, alors qu'elle savait que cela lui déchirait le coeur. Cette fois elle ne l'avait pas vu, mais cela devait-il changer quelques choses. Dans le fond, il était jaloux de ce Enzo homme qui pouvait l'avoir dans ses bras lorsque lui devait rester de marbre.


Hrp : Avec autorisation de Ljd Philip pour son déplacement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle_de_Montbray



Messages : 4
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Jeu 7 Fév - 0:37

Gabrielle fixe un instant ses yeux bleus sombres sur le baron. L’ami d’Enzo. Vraiment ? Enzo n’a pas d’ami. Incapable de voir ceux qui sont là et incapable de garder ceux qui étaient. Faire le vide et détruire. Enzo.
Elle sait que le blond Adrian sait qui elle est, elle sait qu’il a été proche d’Enzo, elle sait qu’il ne l’est plus. C’est à peu près tout ce qu’elle sait. Et si elle l’avait trouvé aimable de prime abord, sa petite allusion et le sourire qui suit la font instantanément changer d’avis. Détestable. Mais elle sait se tenir et incline également la tête poliment.


- Baron, tout le plaisir est pour moi, même si je me suis bien gardée de caresser quoi que ce soit vous concernant, Enzo étant toujours resté discret à votre sujet.

Et toc. Gabrielle ponctue sa phrase d’un sourire un rien narquois. Puis voyant le regard de son hôte se perdre derrière elle, elle s’écarta légèrement.

- Je vous présente Saâdia, ma demoiselle de compagnie. J’espère que sa présence ne vous fait pas offense, son père nous l’a confié pour qu’elle découvre notre manière de vivre, j’ai pensé qu’un mariage de cette importance serait intéressant. Je ne peux de toute façon pas me passer d’elle pour enfiler tous ces atours que nous, pauvres femmes, sommes obligées de porter pour avoir l’heur de vous plaire. J’espère d’ailleurs avoir l’occasion de présenter mes hommages à celle qui sera bientôt votre épouse.

Quoi ? Oui Gabrielle raconte n’importe quoi, et sait très bien s’habiller toute seule, mais quand on joue à la nobliotte, on le joue jusqu’au bout et on assume, même s’il faut avouer une incapacité notoire à se débrouiller seule qui n’est pas nôtre. Un sourire des plus charmants.

- Baron, je ne vais pas vous accaparer plus longtemps, vous avez certainement fort à faire en ce jour si important de votre vie. Et je vois votre blonde et jeune cousine qui trépigne à nos côtés.


Sourire. Léger salut de la tête. Et on retient le soupir qui menace de s’échapper des lèvres de Gabrielle, c’est que ça demande un effort de jouer l’épouse modèle et la Dame de. Pas le temps de dire ouf que la tornade blonde saute au cou, enfin à la taille d’Enzo puis à la sienne. A peine le temps de la serrer un peu contre elle et de constater que la blondinette est presqu’aussi grande qu’elle, qu’un déluge de paroles et de questions s’abat. Elle a grandit mais pas tant changé que ça, Luisa.


- Moi aussi je suis très contente de te revoir Luisa. Saâdia, Luisa doit être un peu plus jeune que toi, c’était une bonne amie à moi quand elle vivait à Montpellier avec ses parents
.

Sobre. Mais elle est vraiment très, très contente de la revoir la petite Von Frayner. Luisa est une des rares gamines que Gabrielle avait pris un vrai plaisir à cotoyer. Elle lui sourit. D’un vrai sourire franc et s’apprête à demander des nouvelles des parents de la blonde mais voilà que de deux hommes s’approchent. Si celui qui parle est totalement inconnu à Gabrielle, le cousin en revanche est un visage déjà croisé. Gabrielle sourit à Philip qui s’appelait « de Belrupt » lors de leur dernière entrevue. Mais après tout, elle ne s’appelait pas encore « de Montbray-Sempère » non plus, donc… L’homme se souviendrait-il d’elle ? Rien n’était moins sûr mais elle tenta le coup.


- Messire Philip, je suis ravie de vous revoir. Je ne sais si vous vous souvenez de moi mais nous avons échangé quelques fois lorsque vous viviez encore à Montpellier. Nous avions même conclu une affaire ensemble, une histoire de champ... Et vous m’aviez proposé de vous accompagner avec vous en Savoie. A Belley il me semble.


Elle avait un bon souvenir du jeune homme, ce qui valait bien la peine de risquer une éventuelle scène de jalousie d’Enzo ce soir en privé. Elle sourit à Philip et à son cousin, qui fixait Luisa d’un œil interrogateur. A son tour de faire les présentations semblait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temperance



Messages : 2
Date d'inscription : 07/02/2013

MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Jeu 7 Fév - 10:54

Tonton se mariait !
Tonton se mariait !
Tonton se MARIAIT !

La Chipie d'Amilly avait trop peu d'occasions de se réjouir, ces derniers temps. Son frère, Gabriel, blessé à Trévise, qui ne donnait plus de nouvelles, qui était mort, peut-être ? Oh, elle en frissonnait, rien que d'y penser. Le Chevalier de Jeneffe, qui tardait à leur rendre visite, à cause de sa blessure et tout, mais quand même, c'était une joie qu'elle attendait et commençait à attendre un peu trop. Son père, bien sûr, parti, et après le silence de l'hiver, le besoin de brasser tout cela, auprès de la Hérauderie. Oh, tout cela était bien triste.

MAIS.
Mais.
Tonton se mariait. Alors, sortez belles robes, fanfreluches, couleurs de gaieté ! Tonton se mariait. Grande fête au programme, maints visages, de la famille à rencontrer, parce qu'après tout, elle sortait si peu de L'Aragne, la Chipie d'Amilly ! Casanière, pantouflarde, vivant simplement, correspondant peu, sinon en cas de grand besoin... Ce n'était pas une ermite, non, car il eût fallu pour cela qu'elle passât ses journées en prières. Et c'en était bien loin ! Chasse, promenades, bonshommes de neige, nourrir le faucon, brosser les chiens... C'était ce qu'elle aimait. Travail de servant ? Que nenni ! Ce n'était pas un travail, c'était ce qui tenait lieu à cette jeune fille de broderie, de missel et d'onguent.

Elle savait, pourtant, en certaines occasions, être coquette. Le mariage de Tonton, c'était l'occasion (et en plus, ça rime). Elle s'habilla très bien, tout en rouge et noir et or, comme les couleurs Von Frayner, car c'était de ce côté-là qu'ils étaient liés. Elle mit même un collier, qu'elle emprunta à sa mère !
Vraiment, en la voyant, presque sage, on n'aurait pas dit que cette jeune fille était plus habituée à courir les bois et mâchonner du genièvre qu'à courir les mondanités.




Elle venait avec sa mère. Au coeur de l'hiver, la Duchesse souveraine avait mis sur ses épaules une peau d'ours, chaude et fantasque, sur une robe confortable pour les voyages, couleur au diapason de ses yeux clairs.



Dans ces yeux... Un fureur bien visible. Ce n'était pas le vert pâle de l'eau calme, c'était le vert électrique d'une tempête à demi contenue. Tempérance n'avait pas trop questionné sa mère sur les raisons de son courroux : sagesse presque populaire, on ne donne pas de coup de pied dans une fourmilière. On ne réveille pas le dragon. Quelqu'un d'autre ferait bien cette bourde à sa place !

Les deux femmes se firent guider jusqu'à la chapelle, où bien du monde était déjà assemblé. Tempérance ne put résister à l'envie d'agiter son bras en direction de Tontoooooooon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie   Aujourd'hui à 9:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariage de Sarah Elisabeth Von strass d'Acoma & d' Adrian.de.montjoie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . Baronnie de Coussey . :: . Château de Coussey . :: Chapelle Saint-Arnvald aux Bois-
Sauter vers: