AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
HRP : Le forum fait peau neuve. Le HRP prime ici mais, un bon coup de fouet ne serait pas un luxe inutile ! Si soucis on le dit ! Merci de votre compréhension... <3

Partagez | 
 

 De l'étude d'un vieux livre poussiéreux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niconoss
Baron
Baron
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 25/03/2011
Localisation : Lorraine

MessageSujet: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Jeu 5 Mai - 1:43

Au coin d'un détour dans ce grand château bien que somptueux mais parfois un peu glauque, notamment lorsque la nuit approche et que la lumière ce fait rare et muni d'une simple lampe à huile, le baron avançait dans ces couloirs familiaux. Coussey était en effet un de ces châteaux familiale tout à fait ordinaire, mais qui commençait de plus en plus à sentir l'agitation des cousins, des frères et sœurs, et ainsi de suite, tout récent chef de famille, il était fier d'avoir réussit à rameuter du monde et à leur donner envie de participer à la vie collective. Il était donc la en train de traverser les couloirs pour rejoindre la Bibliothèque, il est vrai que vu l'heure c'était assez étonnant mais en fait au coin de son feu, le lorrain avait repensé au livre un peu particulier qu'il avait vu entre différentes archives, il n'avait pas de suite tilté mais en y repensant, la couverture annonçait le blason des d'Acoma, mais avec certaines brisures qu'il n'avait que rarement vu, tellement rare que la personne concernait devait aujourd'hui avoir passer les trépas et être auprès du très haut. Entrant dans la pièce du crime, à l'heure du crime tout était parfait, il commença à se demander pourquoi il avait quitter son fauteuil et son feu de cheminé, il chercha dans les rayons repensant à l'endroit ou une semaine plus tôt il avait vu ce livre, fouillant, farfouillant, jetant des tas de papiers inutiles par terre, d'ailleurs il regretterait bien ces gestes quand plus tard il ne retrouvera pas les textes de baptêmes pour un ex-futur possible mariage ( n'allait pas comprendre le sens de la phrase, c'est juste pour dire que si un mariage arrive un jour, il devra chercher pendant des heures ces papiers, bêtement déranger. ). Donc il fouillait, fouillait et ainsi de suite, et d'un coup il tomba sur ce livre à la couverture qui était d'un vert cacadois horrible, qui donnait envie de vomir. Bon on a tous des couleurs qu'on aime pas, ben Nico c'était le vert, sa arrive. Du coup scrutant ce livre, il remarqua immédiatement le sceau qui ressortait bien puisqu'il prenait toute la page de couverture, c'était de toute manière un livre assez fin et souple qui avait un format de poche donc on ne remarquait presque que cela, ci ce n'est sa couleur horrible. Le sceau était celui de son père, il l'avait immédiatement reconnu. En l'ouvrant il avait alors compris que c'était un de ces livres de missions, un qu'il n'avait pas encore lu, il aimait bien les livres de son père, car il apprenait à le connaitre bien qu'il soit mort, il apprenait tout de l'intelligence de son père et de toute ces techniques militaires, lui le grand guerrier impérial, figure à laquelle le sénéchal essayait aujourd'hui de ressembler. Il feuilleta l'ensemble du bouquin, et fut choquer en voyant les dernières lignes, qui parlait d'un enfant abandonné pour un départ en guerre, chez un vieillard. Un enfant qui était en plus le sien, un enfant qui aurait à ce jour dix-huit ans soit quatorze ans d'écart avec lui. Son père lui avait donc cacher une parti de sa vie, après la mort de leur mère à Korri, Ella et lui. Il était parti en vadrouille, s'occupant de quelques femmes au passage, reniant les deux précédentes qu'il avait déjà eu, et laissant même ces traces en ayant un enfant supplémentaire. C'était un choc, et Niconoss ne put s'en remettre, il quitta la pièce en lançant le livre dans un coin.

Plusieurs jours passèrent, et la colère redescendait, il n'y avait maintenant plus que très peu d'animosité envers son père, il n'avait jamais réussi à lui en vouloir très longtemps, tellement il lui servait de modèle. Et de toute façon plus rien ne pouvait être changer. C'est alors qu'il se mis à penser à l'enfant, celle qui devait être sa sœur, une sœur de cette age la, oublier pendant tant de temps et abandonner dans une famille surement très pauvre, alors qu'elle aurait pu être éduqué au château auprès des ces frères et sœurs. Toute cette histoire était rocambolesque, et s'y intéressant de plus en plus, Niconoss entreprit de retrouver cette sœur. Il commença par retrouver la trace de la maison ou elle avait été confié, la retrouvant grâce à la précision légendaire des détails de son père. Seulement le vieux qui s'en était occuper n'était plus et il ne restait plus qu'une vieille qui perdait un peu la boule, mais qui avait quand même réussit à lui expliquer qu'il y avait bien eu une dénommée Camille ici, et qu'elle devait maintenant se trouver dans le Poitou. Après de nouvelle recherche, il finit par retrouver la trace de cette personne. Au détour d'une taverne, il n'avait pas eu le courage d'aller lui parler et c'était rentrer en lorraine. Ne sachant plus quoi faire dans cette recherche qu'il avait mener seul. Il se décida à écrire une lettre en n'omettant pas la bouteille de mirabelle à côté pour écrire simplement.


Citation :
Pour une denommée Camille, à Poitiers,
De nous Niconoss d'Acoma, Baron de Forbach et Seigneur de Manonville.

Salutation,

Je ne sais pas si mon nom vous dit quelque chose, mais après plusieurs recherches je suis persuadé que je m'adresse à la bonne personne et que vous vous souviendrez de détails. J'étais venu sur Poitiers, mais je n'avais pas eu le courage de vous rencontrez.

C'est pourquoi quand vous recevrez ce message vous serez immédiatement la bienvenue, et ceux dans les plus bref délais si vous le pouvez, à la baronnie de Coussey, terre de la famille d'Acoma, en Lorraine. Et ce dans le but de vous informez d'une affaire urgente, suite à de grandes découvertes.

En espérant avoir le plaisir de vous accueillir sur nos terres.

Très cordialement,
Niconoss d'Acoma,



La lettre était parti, les jeux étaient fait, il ne manquait plus qu'a attendre, une réponse, une venue, une simplement une désillusion. Il attrapa rapidement deux autres papiers qu'il adressa l'une à Ellebasi et l'autre à Korrigans, où ils écrivit simplement.

Citation :
Il faut que je te vois d'urgence, j'ai une affaire sur laquelle il faut que tu soit au courant, j'ai pendant trop longtemps gardé cela pour moi.

Ton frère,
Niconoss

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korrigans

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 26/03/2011
Age : 33

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Jeu 5 Mai - 23:43

Le jeune homme vadrouillait à son habitude dans son coin, avachi contre un arbre, admirant d’un regard profond le couché de soleil merveilleux qui sévissait, sourire aux lèvres. En effet, le brun adorait regarder les couchés de soleil, ça lui procurait une vague de douceur, de tendresse et de bien-être, un peu comme le parfum d’une femme, chose qui ne connaît point depuis longtemps – Ouais, l’odeur des Macabées était la seule véritable odeur qu’il connaissait depuis plus de 6 mois – et cela lui déplaisait fortement, mais bon, il ne pouvait pas faire autrement…les serments encore et toujours, pour dieu et la Foy !

Ses doigts se mêlèrent aux brindilles d’herbes, les serrant doucement pour commencer, puis petit à petit un peu plus fort, jusqu’à les arracher complètement, les laissant s’évader de ses doigts pour vadrouiller, danser, flotter dans l’air ; Le vent, très présent, poussait toujours plus ces brindilles jusqu’à les obliger à se noyer dans le fleuve, sous le regard attentif du brun qui semblait littéralement captivé, - Ben quoi ? Il en fallait pas plus que ça pour attirer le regard attentionné du brun, la jeunesse ! - dans tous les sens du terme.

Cette attention fut vite troublée par un bruit qui ressemblait à un battement d’ail, interrompu dans sa litterature, le brun leva brusquement les yeux pour voir se que cela était, et eut la surprise de découvrir qu’un pigeon c’était posé sur la branche au dessus de sa tête.

Grand moment de solitude, en effet, à tout moment, ce pigeon pouvait faire ses besoins ; De nombreuses pensées traversèrent l’esprit du brun qui restait sans rien faire sur place à regarder le pigeon, Des pensées assez étranges du genre : « Le noyer ! Le déplumer ! Le ficeler et le rôtir ! « Houla…du calme, ces pensées étaient assez farfelues, mais délicieuses rien qu’en y pensant – Assez sadique parfois -.
L’idée de le rôtir était tellement attrayante, que son ventre se mit à gronder, suivi par une bouffée de chaleur qui envahit son corps, mais finalement, le pigeon se mit à faire tomber un parchemin, étonné, le brun balaya ses anciennes pensées pour ramasser avec délicatesse le parchemin plié.
L’ouvrant, ses yeux commencèrent à le lire de haut en bas, son visage, tantôt calme, devint rapidement aussi rouge qu’une tomate, grinçant des dents pour exprimer son mécontentement ; Son frère lui avait écrit un torchon ! Un torchon avec un grand T ! C’est une Honte ! – Ouais, ouais, et ouais, il adore fait son chieur ! –
Depuis quand on écrit à sa famille sans salutation ni présentation, ni sceau ? Hein ? Pour le brun, c’était tout souplement un manque de respect, et il ne tarda pas de prendre un parchemin vierge et d’écrire à son frère ; Sourcils plissés pour trouver l’inspiration – Quand même !-

Citation :
Mon frère,

Tout d’abord, laisse moi te dire que je suis assez mécontent de ta lettre, même pas signée, ni formule de salutation et encore moins ton sceau, namého ! C’est la moindre des politesses, tu ne trouves pas ?

Oui, Oui et oui. Il fallait que je trouve un prétexte pour te reprocher quelque chose, tu es le chef de famille, donc je te mets à l'épreuve dans différentes situations critiques.

Concernant ton invitation, je viens dès que possible, j’ai hâte de connaître se motif pour lequel tu me convoques.

Salutations Fraternelles,


[Quelques minutes plus tard...au Galop...au Galop ! ]

Une fois le pigeon envoyé, le brun se leva d’un saut, puis monta sur son cheval pour partir le plus rapidement possible au château familial. Pendant des jours, il traversa tempêtes, routes dangereuses et autres danger – Histoire de rajouter de la littérature dans son voyage, l’aventurier ! – avant d’arriver au château. Devant la grande grille, il y déposa son cheval, puis fit un signe de la main au garde pour qu’il lui ouvre la grille, accompagné d’un sourire pour se montrer poli, et sans surprise, le Garde lui ouvrit avec une rapidité nul pareil ; sûrement un record à enregistrer, bref, ses pas le menèrent au lieu de rendez-vous : Une grande pièce où son frère siégeait au milieu.

S’approchant discrètement, l’idée de lui faire peur lui traversa l’esprit, mais l’idée était beaucoup trop enfantine, il prit donc l’initiative de la suspendre – A noter, chose rare d’abandonner une idée, le brun – pour saluer comme il se doit son frère ; d’une accolade fraternelle. Ben ouais, on est pas à l’armée ici, pas de salut réglementaire.

Bonser Mon frère, comment vas-tu ? Tu as reçu mon pigeon ? Comme convenu, je suis là !

Je suppose que nous attendons notre ravissante sœur ?


Il se tût, observant son frère pour trouver réponse avant même qu’il ne lui là donne…vielles habitudes tout ça.


Dernière édition par Korrigans le Dim 8 Mai - 21:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2011
Localisation : Poitiers, Poitou

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Ven 6 Mai - 3:54

[Poitou, Poitiers...loin loin là bas!]

Il y a des jours où nos pas nous mènent toujours au même endroit. De ces jours où on ne cherche plus ce qu'on avait perdu... Ces jours auxquels ... il faut peut-être penser à rentrer chez soi afin de rapatrier ses effets personnels et emménager définitivement à Poitiers! C'est que la Camille était souvent indécise dans les décisions qu'elle prenait. Légères ou pas... la rouquine en un jour pouvait changer d'idée plus de fois que certains ne le feraient en sept jours entiers! Tellement qu'il était impossible de comprendre ce qu'elle voulait réellement... un vrai tourment pour certains....lesquels s'étourdissaient à l'écouter. Non pas seulement parce qu'elle changeait souvent d'avis, mais... étant pipelette la rousse... je vous assure qu'elle savait faire tourner des têtes... enfin...plutôt rouler des yeux devrais-je dire!

Tout ça étant... assise sur le rebord de la fenêtre de sa chambre, tel ne fut pas surprise de voir atterrir non pas un magret de canard mais... un maigre pigeon. Par les saintes moustaches qu'elle n'avait pas... il devait venir de loin celui là!

Déposant du bout des doigts, quelques graines de maïs séchées près du volatile, elle lui caressa son fin plumage un bref instant. Histoire de ne pas revivre la mésaventure d'il y a peu... celui de se faire quasi arracher le bout de doigt par ce genre d'animal qui pouvait se montrer parfois... très possessif ou mal élevé. Si si!!! C'était bel et bien arrivée! Et je vous assure que celui là...ne faisait point pignon sur rue mais pigeon qui se rue!

Avec délicatesse, elle parvint à lui enlever le petit parchemin attaché à sa patte et parcourut les quelques lignes... froncements de sourcils s'ensuivant.

Perplexe elle murmura entre ses lèvres...


-'Niconoss d'Acoma.... mais qui est-ce?
Tournibleu... pourquoi diable un baron et seigneur me fait-il parvenir une requête de ce genre?
De plus en Lorraine!
M'invitant à venir dans les plus brefs délai en un château auquel je ne connais même son existence!...
Enfin si... maintenant mais...
D'il y a quelques binious secondes.... je ne connaissais ni même une baronnie portant le nom de Coussey!'


Se grattouillant la joue du bout de son doigt. Geste fréquent venant de la rouquine lorsqu'elle était soucieuse, petit signe de timidité également... ou d'un mal aise naissant. Camille écarquilla soudainement le regard, tout en se levant d'un bond. o-O!!!

Et si cela concernait le lorrain...Brisson? Peut-être que la famille d'Acoma avait un lien très proche auprès de celle des Beauregard??... Mais quel rapport la rousse avait-elle entre les deux... Tant de questions pour si peu de réponse...voir pas du tout! ... Et la Camille si curieuse de nature... s'en était... chatouillant à un point tel qu'elle accourut faire sa malle prestement. Excitée d'une part, mais également nerveuse d'un je ne sais quoi. Après tout... l'inconnu était une aventure à ne point refuser, puisque cela nous permettait de nous lever moins benêt le jour d'après...

Préparant son départ un peu tête en l'air puisqu'elle n'avait plus trop les idées claires... la jeune rousse entreprit également de faire parvenir une réponse à son expéditeur.


Citation :
Poitiers
Mai 1459

Pour un dénommé Niconoss d'Acoma, Baron de Forbach et Seigneur de Manonville que je ne connais.
De moi euh..., Camille.

Le bonjour également!

Je ne sais à qui je m'adresse, je dois dire... enfin écrire. J'ai beau retourner en ma tête le peu de souvenirs qui s'y égarent, mais rien ne vient hélas. Je ne connais de la Lorraine que trois maigres petits détails... sa quiche, la mirabelle,,, et Brisson de Beauregard dict Monsieur Bulle des remparts. Je doutes que ce soit les raisons pour lesquelles vous voulez me rencontrer en des plus brefs délais. Mais ma curiosité me pousse à venir... par cette simple phrase que contenait votre missive...

«le but de vous informez d'une affaire urgente, suite à de grandes découvertes»

Ainsi donc... je viendrai avec plaisir même si je vous avoue que depuis la lecture de vos ligne, je ressens les taches de rousseurs qui me piquent les joues. Timidité étant... entremêlée d'excitation... vous en conviendrez que cela ne fait jamais bon ménage...

Avec tout mon respect,
Puisque noblesse oblige.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niconoss
Baron
Baron
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 25/03/2011
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Dim 8 Mai - 19:12

Le "torchon" envoyé à son frère avait rapidement trouver une réponse, bien que parti à l'autre bout de Genève, la mésange revint le jour d'après chargé à bout de patte d'un parchemin probablement presque aussi lourd que la bête elle même. Le baron qui était tranquillement installé dans l'un de ces fauteuils, auprès d'un feu, car malgré le réchauffement qu'il y avait en ce moment, et les chaleurs assez importante, il aimait beaucoup contempler un simple feu, et sentir l'odeur de cela. C'est alors qu'il commença à penser à son frère qui avait surement du prendre la route depuis Genève pour rejoindre le domaine, au plus vite comme, il l'avait bien demandé. Il savait déjà que cette nouvelle pourrait tous les choquer. Notamment si la dénommée Camille arrivé avant qu'il voit son frère et sa sœur pour leur expliqué. Il pris en main le parchemin qui venait de lui faire penser à son frère. Il lu la lettre, et son sourire commença en voyant les reproche faite sur sa propre lettre, il est vrai qu'il avait envoyé cela bien rapidement dans le feu de l'action. Mais il connaissait aussi son frère, il savait qu'il ne lui en voudrait pas longtemps et surtout qu'il devait probablement en rajouter même avoir écris une lettre bien loin des coutumes de la noblesse et de la manière dont ils avaient été éduqués et élevés était en faite une faute grave. Il penserait d'ailleurs à s'excuser, chose qu'il fit même immédiatement en attrapant de la cire, et de quoi écrire. En écrivant cela, il sentit son excitation de la veille bien loin, et essayer de repenser à toute cette faire, pour voir ou cela mènerait la famille. Une sœur en plus cela était un choc, notamment par le fait que leur père leur est caché l'existence de celle ci. C'est sur cette impression de trahison qu'il avait connu plusieurs jours auparavant qu'il commença à écrire, bouteille de mirabelle toujours à porter.

Citation :
Mon cher frère,

Je tiens en effet à m'excuser de cette lettre quelque peu dépourvu d'attention à ton égard, j'ai en quelque sorte précipiter mon geste, cela du à l'excitation de la grande nouvelle que j'ai à t'informer. D'ailleurs cela concerne l'ensemble de notre famille fraternelle, Ella est donc aussi convié.

Je t'attends au plus vite donc, si tu peut te défaire de tes obligations à Genève. Tout en te souhaitant une bonne route, les brigands seront de toute manière écrasé par ton épée si certains venait à bloquer ton avancé, je compte sur toi pour cela, en mémoire de nos petits entrainements à l'épée en bois.

A très bientôt,

Ton frère,
Niconoss d'Acoma,


Si son "Cher frère" comme cela était écris dans la lettre, retrouvé à dire sur une telle lettre, c'est que vraiment les choses ne tournaient pas rond et que la guerre commençait à le rendre un peu aigris. Mais c'était impossible pour un si bon militaire, même si il ne pouvait pas dire qu'il avait pris exemple sur son frère puisque c'était lui l'ainée, il ne pouvait qu'être impressionné par sa force de motivation et de dévouement pour les causes qu'il défend. Le deux se ressemblait au final, mais n'avait pas les même principes, puisque le pauvre Niconoss que le très haut renverrais vers le basfond, trouvais cette croisade bien inutile ...

Puis comme si la bouteille de mirabelle était pas assez entamé après cette lettre écrite, une deuxième mésange fit son apparition, c'était cette fois ci, celle qui était parti en direction de la France et de Poitiers. Il y avait donc une réponse, enfin il espérait que ce n'était pas juste sa lettre qui lui revenait, car la bestiole n'aurait pas trouver le destinataire. Il ouvrit rapidement, et découvrit une réponse de la Camille qui était la question de toute l'affaire. Il sourit en lisant la réponse.


Citation :
A vous Camille,
De nous Niconoss d'Acoma,

Le bonjour encore,
Je suis désolé de ma requête, elle est en effet très particulière, mais c'est bien par l'importance de celle ci que je ne peux pas vous en parlez plus par courrier.

J'espère que votre route ne sera pas trop délicate, et que vos peu de connaissances sur nos duchés ne soit pas une cause de crainte pour vous.

En espérant vous voir rapidement en notre domaine.

Cordialement,
Niconoss d'Acoma



[Quelques jours plus tard]


Son frère fut arriver au castel de Coussey, dans un bon élan de route qu'il venait de parcourir. Il salua donc très cordialement son frère, lui faisant une accolade fraternelle.

Bonjour, je suis ravi de te voir ici, je vais bien et toi ?

Nous attendons en effet Ella. J'espère qu'elle ne tardera pas trop.



____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korrigans

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 26/03/2011
Age : 33

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Sam 14 Mai - 16:23

Le brun répondit à son frère avec le même ton fraternelle, et une réponse qui n’allait choquée personne, bien entendu.

Je vais bien, merçé !

Puis vint la partie sombre du brun : Sa curiosité. Une curiosité qui le poussa à faire des demandes indiscrètes, et qui lui values des réponses assez directes et déplaisantes, mais cette curiosité revint toujours en force, malgré le travail quotidien qu’il effectuait sur lui-même.

Mais quel était cette question ? Tout simplement la raison que son frère eut à le convoquer avec sa sœur. Sans plus tarder, il lui posa la question véridique.

Dis-moi mon frère…dit-il dans un élan d’hésitation – Histoire de ne pas le brusquer trop, à son âge, il a vite fait de nous faire une attaque ! –

Il poursuivit d’un même ton hésitant, mais plus convaincant cette fois-ci.

Pourrais-je connaître la raison de notre convocation, à Ell et à moi-même ?

Ayé, il s’était élancé avec bravoure, relâchant la pression qu’il s’était mis tout seul d’une grande inspiration, puis sourit, observant d’un œil son frère pour y entrevoir sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ellebasi
Seigneur
Seigneur
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 26/03/2011
Localisation : Nancy

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Dim 15 Mai - 14:10

Se réveillant dans la chambre ce matin la tête dans le cirage comme si j'avais fait la fête toute la nuit tourne son regard vers la fenêtre et failli pester contre son mari de pas l'avoir reveiller avant .
En voyant le jour bien commencer
.


Lui lançant des regards furibonds par dessus son épaule ,me laisser dormir mais j'ai pas que ca à faire en râlent
. en plus sa le fait sourire nommé .
Le regardant avancer et me tendit un parchemin que je prit et décacheté


Après avoir prit connaissance le brouillon de la missive elle se trouva inquiète un peu et fronce les sourcils il aurait pu prendre autre parchemin que mes ailleurs c'est bien son frere ca .

Finissant de se préparer et parti vers la salle
Ella se demanda se qui se passer et pourquoi cette convocation et se demanda tout de meme si ses freres ne voulais pas la faire accouché avant l'heure en soupirant .

La chipie comme disait si bien son jeunot de frere attend un peu celui la en pouffant de rire .
Entrant dans la salle et vit déjà ses frere et fronce les sourcils en allant leur faire la bise lentement .


Bonjour que ce passe t il j'ai eu ta lettre ? est ce grave en examinant son visage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niconoss
Baron
Baron
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 25/03/2011
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Dim 15 Mai - 22:07

La nouvelle était grande, la nouvelle était forte, il ne savait toujours pas comment il allait pouvoir l'annoncer à son frère et à sa sœur quand elle arriverait. Et à vrai dire encore moins à la personne directement concernait. Cela basculerait probablement toute sa vie. Elle pourrait alors prendre possession de ce château, y habité, y vivre aux côtés de sa famille. A moins qu'elle n'y croit pas, qu'elle rejette tout cela, s'en allant pour abandonner sa famille qui probablement n'attendait qu'elle. Tenant le vieux livre poussiéreux, et la lettre reçu quelques jours auparavant, il attendait ce jour même la Camille en question, qu'il avait déjà pu apercevoir, mais jamais contacté directement, car loin de sa Lorrain, le baron avait perdu c'est moyen. Il ouvrit la bouche pour expliquer la situation à son frère mais rien n'y faisait, il n'y arrivait pas. Heureusement pour lui, leur sœur décida d'entrer à ce moment dans la pièce. Elle semblait fatigué et avançait péniblement, la grossesse était bien avancé et le bébé ne tarderait probablement plus. Il repensa d'ailleurs à la lettre qu'il avait reçu de la part de la belle famille d'Ella pour aller diner chez eux, lettre à laquelle il avait répondu par la positive mais il n'avait jamais eu d'autre réponse, lui donnant une date. Enfin il salua sa sœur, prenant au passage de ces nouvelles, depuis la dernière fois qu'ils avaient du se croiser au cd. Enfin tout le blabla habituel pour passer le temps en fait. Il était vraiment perdu dans ce dédales d'événements, aussi soudain que brutal. C'était encore à ce demander pourquoi il avait ouvert ce livre. Ces pensées s'enfoncèrent alors jusqu'au jour où il avait découvert ce livre. Que ce serait il passait passer pour Camille et pour eux si il ne l'avait jamais ouvert ? D'ailleurs qu'aller t'il se passer en ce jour ? C'était des questions auquel il ne pouvait répondre, mais qui le hanter déjà. Évidemment sa sœur lui posa la même question que Korrigan, son frère militaire, bien impatient était tout compte fait bien calme par rapport à leur jeune sœur.

Toujours est il qu'il n'avait toujours rien dit, et quand il allait parler pour expliquer la situation, il entendit un raffut pas possible dans le château. Il y avais surement du monde au grille pour que tant d'agitation intervienne. Si c'était la personne qu'il pensait, il ne pourrait expliquer la situation que lorsque les deux parties seront réunis. Lorsqu'il vit un page s'avancer sur le seuil de la porte, il compris qu'il était tant d'avouer tout ces secrets, qu'il gardait pour lui depuis plusieurs jours maintenant. Il était temps pour certains d'avoir un changement radical de vie.


Mon frère, ma sœur, vous allez avoir les réponses à vos interrogations dans quelques minutes.

Et le page, à son tour annonça le nom des personnes entrantes.

Line d’Olen et Camille

Line d'Olen, mais c'était qui celle la ? Il n'avait fait convier qu'une personne de mémoire. Il se releva brusquement, se dirigea vers le page, laissant son frère et sa sœur à leurs interrogations dans la salon. Puis sur un air interrogateur à son tour, et oui il ne pouvait pas tout savoir, parfois il fallait poser des questions.

Qui est cette Line d'Olen ?

Voyez par vous même Sir.

Il se retourna alors, et vit les deux jeunes demoiselles derrière lui, il les salua humblement mais sans courbette ni rien, il reconnu directement celle qui était sa sœur, mais que seul lui était au courant, et l'autre, probablement la dénommé Line. Il s'approcha ne sachant pas quoi faire. Puis dit en direction de Camille d'un air interrogateur pour ne pas faire soupçonner le fait qu'il l'est espionné.

Vous êtes Camille n'est ce pas ? Qui est votre accompagnatrice.

Il était tellement bouleversé, de la voir dans le château de sa famille, elle qui ne savait rien encore, qu'il en omis même de se présenter. Il est vrai qu'il était bien habillé dans son costume militaire, arborant ces galons de Sénéchal, et sa grande collection de médaille. Mais rien ne laisser probablement présagé qu'il était le maitre des lieux, le chef de la famille et surtout la personne qu'elle venait voir.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Line

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 06/05/2011
Localisation : Sur les routes

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Dim 15 Mai - 22:56

Une attente avec son amie, la rouquine, devant une grande porte… Juste le temps que le page les annonce.
La blonde espère que sa rouquine, aura prévenue par pigeon, qu’elle serait présente à ses côtés… Ne voulant pas déranger… Espère que sa présence ne gênera pas…
Et comme, elle le pressentait, sa rouquine n’avait pas prévenue… Au vu de l’étonnement de l’homme, à qui le page les avait annoncé…
Un regard qui en dit long vers sa rouquine… Du genre "Comment as-tu pu ne pas prévenir de ma présence en ce château somptueux ?"

Puis elle détourne son regard vers l’homme… Qui d’ailleurs semblait un peu bouleversé, et n’avoir d’yeux que pour Camille…
Plissement d’yeux de la blonde… Se demandant bien pourquoi cet homme semble si ému ? De voir Camille en face de lui… De plus, il semble savoir qui elle est… Sans même l’avoir rencontré…
Situation étrange que Line pressentait… Mais ne montre rien de l'inquiétude qui la gagne, quand à leur présence ici lieux… Se contente simplement, d’attraper les pans de sa jolie robe nacrée… Les retrousser très légèrement, jambe gauche qui se met en retrait, fléchissement de genoux… Léger… Une jolie révérence en somme. Une inclinaison de tête… Puis elle se redresse et inconsciemment, répond à la question posée à Camille :


"Je me présente Line d’Olen… Amie de la rouquine, ici présente."


Un léger sourire sur les lèvres… Un regard qui se perd par delà l’épaule de l’interlocuteur face à elle…
La blonde remarque un jeune homme… Et une jeune femme… Une nouvelle inclinaison de tête, pour les saluer, en attendant de pouvoir leur faire une petite révérence… Bah oui, faut pas croire, la blonde est polie hein…
Puis elle reporte son attention sur le sieur en face d’elles :


"J’espère que cela, vous dérange aucunement… Je veux dire, ma présence en ces lieux… Je ne sais si vous êtes le maitre des lieux, ou que ce soit l’une des autres personnes présentes… Mais j’ai cru déceler, un étonnement quand le page nous a annoncer… Je suppose donc, que Camille ne vous a point prévenue de mon accompagnement…"

Un nouveau regard vers sa rouquine… Qui celui là veut dire "t’abuses quand même… Tu aurais pu prévenir, j’ai l’air bien maligne moi maintenant…"
Puis de sourire un peu gênée en direction de leur interlocuteur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2011
Localisation : Poitiers, Poitou

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Sam 21 Mai - 22:52

[Quand un page tourne la porte...m'fin la poignée!]

C'est d'un air perplexe empreint de nervosité qu'elle était entrée dans le grand salon accompagnée de sa meilleure amie. Meilleure amie oui... si si je vous l'jure même si la rousse était persuadée qu'elle avait réécrit au sieur afin de lui annoncer qu'elle viendrait accompagnée. C'est que c'était pas du tout commun de se faire inviter en urgence, en un lieu qu'on ne connaissait même pas. D'ailleurs la rouquine parfois trop naïve... commençait à comprendre qu'il y avait des plaisirs... où, il valait mieux venir en groupe que de venir seul. C'est en ces brefs pensées perturbantes, qu'elle entendit le petit page faire les présentations... mazette qu'il semblait pas emballé mais pas du tout celui là!

Un sieur se tenant droit comme un biquet prit dès lors la parole... bel homme, de belle prestance toussa...


«Vous êtes Camille n'est ce pas ? Qui est votre accompagnatrice.»

Ouvrant la bouche figée sur place, elle n'eut le temps de prendre la parole que Line prit les choses en main. C'est que c'était fréquent entre eux... un brin protectrice la blonde n'aimait point les choses incomprises. Et la voilà les deux pieds dans les plats, par sa présence qui semblait toutafait inattendue. C'est à ce moment là que Camille comprit qu'elles avaient été plus rapide que son pigeon Roulemaboule sur ce coup! Il n'était pas encore passé... avec le parchemin annonçant son arrivée accompagnée...

Posant la main sur le bras de Line un brin mal à l'aise...


'Oh!... Je crains que nous ayons été plus rapide que mon obèse de pigeon...
Toute mes excuses...
Je suis bel et bien Camille juste...
Enfin juste Camille...
Et voici ma meilleur amie Line d'Olen comme elle vous l'a dicte...
Ma meilleure amie...
Notre présence semble étrangement étonner le petit page...
J'ai beau lui dire que j 'ai été invité en ce lieu par un sieur Niconoss baron de çi et seigneur de ça mais il ne semble pas me croire....


De regarder le sieur la bouche mi ouverte... et si c'était lui le sieur en question...
De parcourir la pièce d'un regard timide...
De croiser le regard d'une jolie dame dont la beauté en était fort troublante...
Et de croiser le regard d'un autre homme... tout aussi élégant que le premier... trop beau même.

Rêvant presque du coup de devenir la promise de l'un d'eux...
Reprend ses esprits en clignant rapidement ses jolies yeux.

Et le silence en la bouche de la pipelette se fit...

Une question en tête...
Mazette que fais-je donc ici...et pourquoi?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korrigans

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 26/03/2011
Age : 33

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Mer 25 Mai - 23:09

Le brun se tût toujours, perdu dans ses pensées, ne sachant pas encore l’objet de l’appel par Nico, tellement troublé d’ailleurs, qu’il chercha réponse dans le regard de sa sœur, mais n’y trouva malheureusement que la même incompréhension.
A partir de ce moment là, une légère grimace prit forme sur le visage du Garde Épiscopal, s’imaginant de nombreuses visions de ce que pouvait être cette invitation : Nico avait enfin trouvé une fille ? Il allait se marier et voulait nous l’annoncer directement ? Des pensées qui firent vite retrouver le sourire bien trop longtemps effacé sur le visage du brun. – Un sourire plutôt niais qu’heureux, mais bon –

Le moment de vérité allait bientôt arriver, car, quand personne ne s’y attendait, la grande porte s’ouvrait est deux jolies jeunes femmes firent leurs apparitions.
Tout d’abord troublé, Korrigans reprit rapidement ses esprits en secouant la tête, et devina aisément que la nouvelle qu’il attendait ne l’était pas : Nico était toujours célibataire !
Cependant, son regard se froissa quand il s’aperçut dans le regard des deux jeunes femmes qu'il y avait les mêmes incompréhensions, auraient-elles étaient invitées pour qu’on leurs apprennent à eux aussi une nouvelle ? Laquelle ? Trop de questions se formaient, le puzzle ne s’emboutait pas et rien n’allait, quoi !

Ses doigts s’agitaient toujours plus sur son mantel, le frottant maladroitement pour montrer son impatience, une impatience bien vite dissoute quand la conversation débutait enfin, et qu’il le veuille où non, le brun n’était pour l’instant qu’observateur.

Regardant son frère ainsi que les deux jeunes femmes parler, l’Acoma s’amusa à commenter follement dans ses pensées la conversation : « Nico essaye avec souplesse de savoir qui est la Camille, la rousse où la blonde ? Pile où face ? ; Oh ! Incroyable, la blonde semblait désemparée, se qui semble laisser croire que la dénommée Camille est la rousse ! ; Chose concrétisée vu que la blonde se nomme Line, jolie nom d’ailleurs ! »

Des commentaires enfantins qui fit néanmoins passer le temps, détournant son regard d’abord sur la dénommée Line qui semblait en effet dans tous ses états, le brun aurait bien voulu rassurer poliment la blonde, mais ne voulant être trop cavalier, il préféra détourner une nouvelle fois son regard – Geste maladroit d’ailleurs – vers la rousse, plutôt charmante, mais encore une fois, il ne voulait pas se montrer trop cavalier sans savoir le lourd secret. De ce fait, le brun préféra ne pas leur adresser de sourire – Histoire d’éviter les mauvaises compréhensions – et de plutôt regarder sa sœur et son frère en attente du verdit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Line

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 06/05/2011
Localisation : Sur les routes

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Jeu 26 Mai - 21:59

Quand une blonde se sent un peu de trop… Elle se met tout simplement un peu à l’écart, pour laisser sa rouquine bavardée avec l’interlocuteur. Dont d’ailleurs, elles ne savaient pas encore qui il était… Mais si on en croit ce qu’on voit, il semblerait que ce soit lui le maitre des lieux… D’ailleurs faut dire ce qu’il en est, mais l’est pas mal du tout.

Mais les yeux de la blonde semblait être attiré par le bel homme qui était en arrière plan… Avec une jeune femme qui semblait être enceinte. Peut être d’ailleurs étaient-ils un couple ?
Si tel était le cas… La blonde en serait bien étrangement déçue. Même si elle ne connaissait pas… Ou devrais je dire, pas encore… L’homme qui attirait ses yeux, sans qu’elle ne puisse le contrôler.

Il semblait impatient… Line ne se gênait pas le scruter de la tête au pied… Et elle n’était pas des plus discrètes en plus. Si la jeune femme était la compagne de l’homme, et qu’elle soit jalouse… Pour sûr, qu’il y aurait une petite discussion, entre les deux jeunes femmes… Voir même des cris.

Oublie de décor… Oublie de tout ce qui se passe autour d’elle. La blonde est simplement subjugué par ce beau brun, qui d’ailleurs les avait regarder… Mais n’avait daigné leur offrir un sourire. Peut être ne devait-il pas sourire aux damoiselles en présence de sa compagne trop jalouse ? M’enfin ce n’est qu’un sourire, rien de bien grave… Ce n’est pas comme si il aurait posé ses yeux sur le décolleté de la blonde sans pouvoir en relever les yeux… Léger haussement d’épaules à ses pensées.
Par contre, il allait falloir que Line se reprenne… Parce que la contemplation d’un homme, lui a déjà joué des tours… Elle s’était retrouvé, les jambes en l’air… Les dentelles à la vue de tous, en plein tournoi de légionnaire… Une honte pour elle, d’ailleurs, c’était la première fois qu’elle avait rougis autant.

Pincement de lèvres en continuant de le détailler… Ce qu’il était beau… Ce qu’il était séduisant… Ce qu’il était charmant… Ce qu’il était… Enfin physiquement tout ce qui plait à Blondie. Bon bon bon… Faut se remettre… Détournement des yeux, enfin oui, après de longues minutes à avoir contempler le « chef d’œuvre » devant ses yeux. Ses yeux se perdent non plus dans la contemplation de l’homme… Mais du décor de la pièce…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niconoss
Baron
Baron
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 25/03/2011
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Mar 7 Juin - 11:36

Toujours planté la devant les deux femmes, le valet à côté de lui qui a priori riait de la situation, puisque personne ne savait qui était qui, c'est vrai que cela pouvait faire rire. De joli quiproquo aurait pu être mener, le théâtre raffoler de ce genre de situation, et il ne suffisait plus qu'à Niconoss de nier le fait qu'il était le maitre des lieux pour faire rire le public. Mais sans public la chose était moins aisé, et le sérieux qui avait été mis de côté par ces pensées burlesque reprirent leur place dans l'esprit du baron. Il fallait maintenant qu'il face entrer celle qui était rousse, et qui était Camille. Il le savait déjà puisqu'il l'avait vu mais il ne fallait pas que cela se sache. Et l'autre blonde qui semblait déjà se sentir comme chez elle. Se retournant pour regarder son frère et sa sœur, il leur sourit et finit tout histoire d'interprétation. On allait maintenant rentrer dans le concret. Il répondait aux deux en même temps

Très bien, il est plus rassurant que vous ayez fait la route accompagné, c'est long et les chemins peuvent être dangereux. Je suis désolé de vous avoir fait venir comme cela, surtout avec le simple message que j'ai pu vous laissez. Mais je suis heureux que vous soyez la.

Comme vous l'avez certainement compris, je suis bien le maitre des lieux, Niconoss d'Acoma, Baron de Forbach et Seigneur de Manonville. Chef de la famille d'Acoma, j'ai besoin de vous parlez à cette effet. A vous de me dire si la présence de votre ami est utile ou non. Quoi qu'il en soit ce que j'ai à vous dire est d'une grande importance.


Petit regard vers celle qui se dénomme Line, il ne voulait pas la mettre mal à l'aise, mais vu qu'il s'agissait d'une affaire personnel, il fallait être sur qu'elle soit la bienvenue.

Mais en attendant entrer dans le salon que je vous présente, à mon frère et ma sœur. Je vais vous offrir une petite collation aussi.

Entrant dans le salon, il montra de la main la collation et fit les présentations simplement avec Korrigans et Ellebasi.

Voici Korrigans d'Acoma, mon frère, un simple militaire de la GE, qui à fait la route pour venir aujourd'hui alors qu'il combat à Genève.
Et ma belle soeur Ellebasi d'Acoma, Medecin Major de l'ost lorrain, mais actuellement plutôt en repos, comme vous pouvez l'imaginer.

Allez y servez vous c'est pour vous
Dit il simplement en montrant les quelques fruits et autre breuvage pour se rafraichir.

Alors qu'il allait s'assoir dans un fauteuil, il regarda Camille et lui dit.


Concernant l'affaire dont j'ai à vous parlez, puis je parler devant votre ami ? Ou devons nous lui demander de rejoindre une autre pièce.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Line

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 06/05/2011
Localisation : Sur les routes

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Mar 7 Juin - 14:48

"Pouah lala… Quel accueil !" Voila ce que se disait la blonde à cet instant… Faut dire que là, elle sentait bien qu’elle n’était point la bienvenue à cette réunion de le plus grande importance… Bah qu’à cela ne tienne.

Un regard vers sa rouquine, Line savait parfaitement que celle-ci allait vouloir de sa présence… Mais la blonde ne resterait point… Pas en sentant qu’elle dérange plus qu’autre chose.
Faut dire aussi, que la blonde a un sacré caractère et quand elle sent qu’elle dérange ou autre… Impossible de la faire changer, elle est aussi têtue qu’une mule…

Et à cet instant, sa décision était prise… Elle ressortirait de ce château, où l’accueil était des plus désagréable… Elle attendrait sa jolie rouquine, aux grilles du château, là ou toutes deux étaient arrivées.

Elle prit donc les devants, une fois de plus… Avant que sa précieuse réponde… Elle s’avance vers elle, lui glisse une bise toute tendre sur la joue et dit à voix haute :


"Je t’attends aux grilles… Là ou nous avons été accueillie très chaleureusement… Je ferais la discussion avec les gardes…"

Ironique bien sur, elle l’était… L’accueil aux grilles n’avait pas été chaleureuse… Mais qu’importe, elle se retourne pour faire face au personne présente, un simple signe de tête pour les saluer :

"Au revoir !"

Pas un mot de plus... Pas du tout chaleureuse, pourquoi l'être de toute façon, avec des personnes qui ne le sont point avec vous... Gênée, elle ne l'était point... Plutôt outrée, d'un tel accueil... Mais bon.
Puis elle s’en retourne vers les grilles du château… Nul besoin d’être accompagnée, elle avait repérer le chemin… Au cas ou, elles auraient du prendre toute deux la fuite, si danger il y avait eu… Vexée de recevoir, un tel accueil... Certainement.
La blonde avait visité plusieurs château, de plusieurs amis... Et jamais elle n'avait été accueillie de telle manières... C'est donc une blonde, quelque peu irritée, qui déambule dans le couloirs du château, pour repartir de là ou elle venait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2011
Localisation : Poitiers, Poitou

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Lun 25 Juil - 15:17

Camille écoutait son interlocuteur qui semblait d'un calme absolu comparativement à elle. Un sourire timide flottait en ses lèvres alors que les hochements de sa tête ne cessaient au fur et à mesure qu'il parlait. La rouquine en ce moment avait vraiment l'air d'un pantin sortie tout droit d'une boîte à surprise. Du calme! Se marmonnait-elle intérieurement... tout va très vite... et ne sachant encore le pourquoi du comment elle se retrouvait en ce lieu, son estomac couina.

Les présentations se firent envers d'autres membres qui s'avéraient être de la famille du baron/seigneur et c'est avec politesse qu'elle s'inclina en pliant légèrement le genou. Geste qu'elle n'avait pourtant fait envers le noble en face d'elle mais un sentiment qu'elle devait se tenir un minima. La dame était d'une beauté tout en douceur à en couper le souffle. Quant à l'homme, ce Korrigan. Il était de ceux où toutes jeunes jouvencelles rêvaient d'épouser un jour au vue de sa belle prestance. Tous du beau monde à vrai dire en cette pièce.

'Enchantée, c'est un plaisir damoiselle, damoisieur ..euh sieur.'

Et v'là encore sa langue qui fourche.
Décidément la rouquine pipelette semblait avoir perdue sa tête en ce salon.
Mais ce que c'est intimidant quand même trois étrangers qui vous reluquent de la tête au pied alors que votre présence ne brille point en dentelle et fanfreluche, mais plutôt de poussières au vue de cette longue route chevauchée.

Non elle n'avait pas faim et en remercia tout de même son hôte en déclinant son invitation vers les plateaux jonchés de petits plaisirs qui lui semblaient tous autant affriolants que succulents. Elle fut tout de même surprise que l'homme ait prit ces dispositifs afin de les accueillir à bien. Ainsi donc c'était lui Nico.

A la question ultime qu'il lui posa concernant la présence de sa meilleure amie... elle n'eut le temps d'y répondre que cette dernière piqua la mouche et sortie. Laissant derrière elle la rouquine bouche ouverte d'un air pantois. Décidément le tempérament de la blonde était souvent trop vif pour un rien. Mais ce jour ci, Camille n’accourra point vers elle afin de la retenir. Elle en resta simplement figée et dicte;


'Je crois que votre question n'est plus nécessaire, veuillez excuser ce léger mal aise.'

Ses joues devinrent de couleur pivoine et son regard s'abaissa vers les pieds du sieur.
Jolis chausses... qu'elle pensa afin de dissiper sa gêne.
Mais en vain.

Camille croisa ses mains qu'elle posa sur le fin tissu de sa robe, cherchant du regard un endroit où se mettre afin d'échanger cette fameuse conversation. Elle se sentait toute petite... comme une coccinelle à pois. Se raclant la gorge discrètement elle osa demander, afin de faire suite.


'Puis je connaitre la teneur de votre invitation qui je vous avoue me rends terriblement nerveuse, et si je laisse cette nervosité prendre emprise en ma personne, je crains que je ne cesse de parler de choses qui deviendront vite lassante en vos oreilles. Et puis.. mes genoux ne semblent plus vouloir me tenir, ce qui en somme, risque de me faire choir à vos pieds. Quoique cela pourrait vous semblez amusant ou voir même honorifique. Mais il est des gestes auxquels j'aimerais tout de même m'abstenir.'

Petit haussement d'épaule suivit d'un roulement de pupilles qui lui donna l'air de la fille qui 'je ne sais plus où me mettre à l'aide!'.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Jeu 28 Juil - 11:18

Elle n'y croyait pas!! Cela faisais des années qu'elle n’était pas revenue au domaine familial et aucun de ses frères ni même sa soeur était la pour l'accueillir, non rien Nada!!!
Elle qui avait attendue ses retrouvailles, elle se voyait déjà sauter dans les bras de sa soeur et bisouiller ses cher grand frères. Mais non rien de tout cela... Pourtant le garde avait bien du annoncer son arrivé.
Mais enfin c'était un comble ça!!! Leur petite soeur chérie était enfin de retour et même pas ils prenaient le temps de se déplacer! Certes ils étaient tous très occupé par leur fonction tout ça, mais bon leur petite soeur passait avec tout non mais!

Cela faisait déjà un trèssssss long moment qu'elle entendait au salon en vain! personne ne vint....
Elle se leva furieuse prête à leur passer le savon de leur vie! Certes tout le monde savait qu'elle n'était pas calme, mais la, ils ne la reconnaîtrait pas! En même temps ils ne la reconnaîtrait pas non plus physiquement, depuis leurs dernières rencontre la jeune et fougueuse Hell avait bien changé... la jeune fille timide et réservé avait prit un sacré caractère aussi, et ils allaient en faire les frais ça Ouiii!
Elle attrapa au vol une servante qui passait, et lui demanda limite agressive où étaient passé son cher frère. La pauvre femme sous l'emprise de la brunette furieuse balbutia que messire niconoss se trouvait dans la pièce à côté ainsi que messire Korrigan et dame Ellebasi.

Elle n'en crut pas ses oreilles! Comment ça ils étaient tous à côté? et même pas ils venait l'accueillir!! Sa colère monta de plus en plus, elle bouillait! Elle sortit du salon en trombe et fonça dans la pièce d'à côté, elle put en effet attendre des éclats de voix qui en provenait.
Oubliant la politesse tout ça, oui nico lui pardonnerait bien, elle ouvrit la porte à la volé, et se planta bien droite dans l'encadrement de la porte. Fusillant, non mitraillant ses frères et sa soeur d'un regard noir.

Et Bien!! On voit à quel point mon retour vous fais plaisir! ça fait une éternité que je vous est pas vue, et même pas vous prenez le temps de m'accueillir! Je sais que vous êtes trèessss occupé mais vous pouvez prendre cinq minute pour le retour de votre soeur Non!!!

Elle devenait toute rouge tellement elle leur en voulait, elle était rencunière et ça, ça allait pas passer comme ça, ils allaient devoir se faire pardonner!
Son regard se posa enfin sur une jeune femme, de quelques années plus jeune qu'elle. Elle ne la connaissait pas, que faisait t'elle la? Et qui était t'elle? elle s’avança vers elle et la regarda intrigué mais n'en oublia pas moi la politesse.


Bonjour demoiselle, je suis Hellina-Rose d'Acoma, ravie...

Poliment elle ne demanda pas qui elle était, mais elle se tourna vers nico en arquant un sourcil, signifiant par la: " Euh On m'explique!!!?? "
Mais bien élevé, elle garda le silence, cependant son regard passé de la jolie rouquine au trois autres. Qui était t'elle à la fin? Si ils étaient tous les trois réunis ici, c'est qu'elle devait être importante...

Son regard scruta un instant nico, elle savait que celui-ci se cherchait une femme, c'étaient peut être elle... Mais si jeune, et lui si vi..... euh hum si.... beau!!!
La pauvre si c'était le cas, ça devait être un mariage arrangé... non quand même son frère ne l'aurait pas prit si jeune...

Elle regarda ensuite sur korri, non ce ne pouvait pas être la promise de korri, son frère souhaitait rester célibataire, elle trouvait sa dommage d'ailleurs il devait plaire au femmes...
Si c'est pas sa future femme, alors.... sa fille?? Korri aurait il eu, un enfant illégitime? Korrinou cacherait il des choses.....

Elle poussa un soupire exaspéré, elle n'en pouvait plus et personne intervenait!


Bon!!! quelqu'un m'explique le but de cette réunion la!! Sincèrement ça à intérêt d'êtres quelques chose d'important pour gâcher complètement mon retour à la maison!

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2011
Localisation : Poitiers, Poitou

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Jeu 28 Juil - 21:14

Un ouragan... ça ne pouvait être que ça qui venait de déambuler dans le salon. Décidément la rouquine n'obtiendrait point réponse pour l'instant. Fallait calmer la tempête avant qu'elle n'emporte je ne sais quoi! Et la Camille qui malgré les apparences était tout de même timide et très mal à l'aise en ce lieu trop... trop à l'opposé de ce qu'elle avait connue jusqu'à présent. Et puis le maître des lieux qui semblait d'un calme presque énervant... s'en était étourdissant oui voilà! Étourdissant!

Devant autant de silence, la pipelette ne put se retenir évidement.
Genoux jouant les castagnettes.


'Ha... heu... hiiii... ho... huuu!
Ma dame...,


Petite révérence de la tête histoire d'éviter de se prendre un coup de mouchoir outré...euh brodé, on ne sait jamais.
Et de dire...


Camille qui n'en sait point plus que vous!
Enchantée également... ma dame


Chouette! ... Trois malheureuses lignes qu'elle a dicte... que trois pour une fois!
Messieurs, dames, damoiselles, damoisieux... l'heure sonnait grave!
Que la vérité fut ce qu'elle doit être et qu'on l'a révèle avant la fin de l'hiver nondidiou!
Si vérité il y a!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niconoss
Baron
Baron
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 25/03/2011
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Lun 1 Aoû - 23:26

L'entrevu allait commencer, certes il semblait que le baron avait froissé une femme qui s'en était aller rejoindre les grilles. Mais l'essentiel n'était pas la, il s'agissait bien de suivre la rousse du coin des yeux et de bien suivre tout ces fait et geste. Le militaire retrouvait la ces habitudes de scruteur, d'espionneur et de soupçonneur. Oh mais que de mots en "eur" qui n'existe même pas, m'enfin c'est comme sa qu'il pensait dans son esprit. Probablement du très vieux français, aujourd'hui plus connu, faut dire qu'il se faisait vieux. Et que certain commençais à s'amuser en l'appelant "Ancêtre", "vieillard", mais il était encore bien la prêt à donner des coups d'épée si on le cherchait un peu trop. Malgré l'encroutement probable, il continuait à s'entrainer à fond, et pouvait probablement en mater plus d'un.

Remettant en place ses vêtements, il était un vieux militaire, toujours soucieux de ne pas avoir de pli, de ne pas avoir de tâche ou tout ce qui pourrait déranger une tenu correct, certes il n'était pas en uniforme mais quand même. Il suivi donc la dite Camille dans la pièce, et après les que les présentations eut était faite, il alla s'assoir dans un fauteuil qui faisait fasse à l'ensemble des gens dans la pièce, d'un côté son frère et sa sœur qui était bien présente, manquait forcement celle qui était en ce moment bien la. Et de l'autre côté la rousse qui s'attendait à passer un entretien ou qui présentait ces signes pénible de l'attente. Et finalement même son clan montrait ce genre de signe. Il était enfin tant pour lui de s'exprimer et de tout expliquer.


Laissez moi vous expliquez, mais installez vous au préalable, il vous faudrait mieux être assise et bien installé, pour entendre ce que je vais vous dire.

Il avait pris un air sérieux, air qu'il prenait rarement ou quand c'était très important, seul les politiciens et les militaires avaient du pouvoir apercevoir ce visage, lui qui rester la plupart du temps très agréable, enfin il le pensait, et amical quand ils 'agissait de ces amis, de sa famille. Et cet air lui resta comme un rictus quand une personne vint foutre en l'air le processus qui allait commencer. Il était prêt à hurler tout ce qu'il avait dans les poumons qu'on les laisse tranquille et qu'il s'agissait la d'une réunion importante mais il reconnu rapidement le visage. Son air s'effaça et l'interrogation commença à s'afficher, quand il entendit sa sœur, qui venait d'entrer gueuler avant lui. Mais quel était ce merdier ? Non pas qu'il n'était pas heureux de voir sa sœur, qui était parti bien loin, mais il se demandait bien pourquoi elle apparaissait maintenant. Il ne lui avait pas écris car il la savait trop éloigné et dans ces affaires. Mais elle était bien la, arrivé à Coussey pour les revoir en ce jour même ou une personne s'attendait au pire. Et que personne à part lui ne savait de quoi il s'agissait. Il se senti bien seul d'un coup et ne sut pas quoi dire, ni quoi faire. Tout le monde le savait ici, a part probablement la jeune rousse, mais il n'était pas très démonstratif, et personne ne s'attendrait à ce qu'il saute au coup de sa sœur. Il ne le fit d'ailleurs pas, il la laissa parler tout en se levant calmement, s'approchant d'elle, l'embrassa calmement.

Ma sœur, calme toi, nous sommes très heureux de te voir, je te le promet, mais comme tu peux le voir nous sommes en train d'accueillir une jeune dame, qui soit encore se demander ce qu'elle fait la, tout comme tout le monde dans cette pièce. Il s'agit la d'une révélation urgente. Et j'ai demandé expressément depuis l'arrivé de cette dame de ne pas être dérangé et ceux quoi qu'il se passait au dehors. Si nous avions était mis au courant au préalable de ton arrivé, sache que nous t'aurions accueilli dignement et que tu aurait été convié à cette réunion.

Il prit une pause, car il avait dit sa assez lentement, en articulant bien sur chaque mot, tout en parlant avec une voix douce et calme. Il fallait qu'il face comprendre à tout le monde qu'il allait annoncer quelque chose de très gros. Et qu'ils les voulaient concentrer pour ne pas tout gâcher. Il était sur de lui, sur de ses recherches mais il ne fallait pas tout précipiter et tout le monde devait bien le comprendre.

J'aurais voulu t'en parler et t'inviter, mais tu est toujours bien loin et tellement occupé, que je ne savais pas ou t'écrire. J'aurais de toute manière voulu avertir la famille avant d'avoir à en parler devant cette jeune femme, mais elle est arrivé avant que je ne le puisse. Donc maintenant si cela t'intéresse assis toi Hell, assis toi auprès de Korri et d'Ella. Que je puisse continuer.

Il espérait que tout le monde était maintenant prêt à entendre la réalité sur la jeune rousse, il se tourna alors vers elle, ignorant ce qu'il se passait de l'autre côté. Marquant une pause, il commença par deux mots pour s'excuser de ce qu'il venait de se passer.

Excusez nous ...

Puis avant de reprendre, il se tourna vers sa famille, cherchant du courage pour annoncer une dur nouvelle qui allait changer bien des vies et bien des envies. Il allait maintenant prendre la parole pour annoncer la vérité. Et paf crise cardiaque ... Non n'exagérons rien tout de même, mais son cœur s'emballa avant de déballer une vérité étonnante. Mais suite au prochain épisode, faut bien gérer le suspens ...

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Sam 13 Aoû - 11:18

Hell poussa un long soupir exaspéré aucun de ses frères et soeurs ne prenaient la parole. Avaient-ils peur de ses foudres?
Après un long moment d'un silence morne, l'inconnue prit la parole. Enfin prendre la parole était un bien grand mot, sa bouche s'ouvrit mais seulement pour en sortir des bégaiement incompréhensible. Elle ne saisit tout d'abord qu'un " Ma dame" qui la fit froncer les sourcils, elle avait l'air si vieille que ça? Elle vit ensuite la jeune fille lui faire une révérence, et répondit d'un léger hochement de tête polie.
Elle apprit enfin le nom de cette inconnue, Youhouuu Victoire!!!! Mais tout bien réfléchit son nom de l’avançait pas plus, qui était t'elle à la fin!!!

Son frère c'était enfin décidé à se lever et à venir l'embrasser. Victoire numéro 2!!! Il prit la parole, la brunette se tut enfin, mais ses yeux eux lançaient toujours des éclairs.
Mais l'expression sur le visage de son frère la radoucie un peu, il semblait comme désemparé face à quelque chose qui le rongé. Hellina avait rarement vue son frère ainsi, et cela commençait à sérieusement l'inquiéter.


Si je n'ai pas annoncé mon arrivé c'était pour vous faire une surprise voilà longtemps que je ne vous avez pas vue et vous me manquiez.
Je n'ai pas imaginé un instant qu'un drame se préparait, sinon je serais revenue avant.
Tu parle d'une révélation urgente, mais de quoi s’agit il, je ne comprends rien moi! Cela concerne juste cette jeune femme, ou nous tous? Et excusez mon impolitesse, mais qui est elle à la fin!! J'aimerais bien que quelqu'un m'éclaire la.


Elle lança un regard désespéré sur sa soeur. La belle Ella, elle lui avait vraiment manquait elle avait hâte de se retrouver seule avec elle, de pouvoir parler comme avant, sur ses sujet qui leur tenait tant à coeur, et la plus part du temps justement c'était des sujet de coeurs! La douce Ella, celle à qui elle se confiait, et qui lui donnait toujours des conseils plein de sagesse....
Hellina fut vraiment étonné du silence de sa soeur cela la surprenait. Elle en déduis qu'il se passait vraiment quelque chose de grave. Elle calma donc de suite ses ardeurs, sa colère c'était enfuie pour laisser place à une profonde inquiétude.
Elle prit sagement place sur une chaise et regarda Nico, qu'attendez t'il à la fin?


ça serait bien que tu nous de quoi il s'agit maintenant, je pense que cette jeune femme doit se morfondre encore plus que moi.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2011
Localisation : Poitiers, Poitou

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Sam 13 Aoû - 16:08

Étourdissant comme c'est tout simplement étourdissant lorsque l'on doit attendre en observant les réactions de tous à chacun qui semblaient se poser la même question... Qui était-elle, que faisait-elle là et surtout 'pourquoi'? Elle aurait bien aimé leur répondre la rouquine, oui elle aurait bien aimé. Ne serait-ce pour calmer l'ambiance tendu qui prenait place en le grand salon.

Alors que le chef de famille se préparait à dévoiler l'importance de cette nouvelle non dite pour l'instant. Nouvelle qui semblait tous les concerner mais auquel l'homme semblait prendre plaisir à faire languir, Camille osa pour une fois admirer la pièce d'un oeil lent. Elle remarqua alors ce qui semblait faire office d'emblème familial. Un froncement de sourcil s'ensuivit, car n'était il point bizarre qu'elle retrouve une similitude entre un petit objet qui lui avait été remis depuis sa naissance, et ces moulures qui ornaient le dessus de l'âtre qui habitait ce lieu par exemple?

Elle écouta la nouvelle damoiselle sans vouloir ne l'interrompre, même si elle avait envie de lui dire qu'elle aimerait tout autant qu'elle, savoir ce qu'elle faisait ici.

Puis posa au final ses pupilles bleutés sur le menton de l'hôte.
Lui dicte;


Si.... ce qui doit être dit.
Pouvait être dit.

Car si rien ne se dit...

Je vais mourir d’apoplexie! (aurait elle eu envie de dire mais se retint)
Pourquoi donc ma venue?

Elle regarda la petite assemblée, perplexe et baissa la tête en l'attente...

Tic tac, tic tac... le coucou sortira-t-il de son trou?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korrigans

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 26/03/2011
Age : 33

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Sam 13 Aoû - 16:47

Le brun ne disait strictement rien, que nenni ! Silencieux, calme, il écouta attentivement les dire de son frère envers la jeune femme, qui avait demandé plus tôt à son amie de quitter la pièce, sous un regard encourageant de Nico, bien entendu. - Un peu de nuance, le jeu préféré du brun ! -
Les minutes devenait plus longues à chaque fois que les mots du chef de famille s'approchaient toujours plus du but de cette réunion, des mots que Korrigans attendait avec impatience pour enfin connaître le réel motif de cette venue familiale, et résoudre de nombreuses questions qui trottaient : Qui était-elle ? Pourquoi l'avoir fait venir ? Des question qui s'entrechoquaient véritablement, car une réponse à l'une des deux questions répondrait aux deux ! Bref, il souriait extérieurement pour paraître poli, mais bouillonnait intérieurement.

De se calme ennuyeux et irritant - par la curiosité qui y régnait - intervint sa seconde soeur, Hell, découverte sous peu, qui entra en fanfare - Et pour une fois, le mot est bien employé -, une entrée tellement surprenante, que le brun sursauta sur le coup, c'est pour dire ! Le motif ? Elle aurait voulue être prévenue de cette réunion officieuse, certes, un motif qui tient la route, mais qui n'excusait pas une telle entrée digne des malades souffrants de démence - le mot est un peu dure, mais faut marquer le pas ! -.
C'est donc un regard noir que le brun lança à sa soeur, accompagné d'un tirage de manche pour la forcer à s'asseoir à ses côtés, lui chuchotant au passage d'un ton toujours calme, mais extrêmement bas, pour ne pas que la jeune dame les entendent : " Calmes-toi, veux-tu. Je suis certain que Nico t'expliquera tout à la fin de cet entretien, mais pousser des hennissements tel une jument n'est pas la solution au problème, d'accord ?
Rajoutant pour finir : Quoiqu'il en soit, ne doutes jamais de ta place dans notre famille, tu es et sera toujours notre soeur !

Après avoir fini sa discussion Sororal-Fraternelle*, le brun se tourna de nouveau vers la discussion qui attirait toute sa curiosité, espérant que son frère mettra fin à cette vague de souffrance interminable - Ouais, la curiosité fait énormément souffrir Korrigans -.

* Unification de mots pour décrire un lien entre Frère & Soeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ellebasi
Seigneur
Seigneur
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 26/03/2011
Localisation : Nancy

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Ven 19 Aoû - 13:30

Ella vit sa soeur Hell débouler comme une tornade et sourit amuser ..

Que se silence était pesant en voyant son frère Korri calmait sa soeur.

Ella resta calme et fit un sourire à sa soeur et attendit la suite en regardant la dame partir..

Que se passe t'il en prenant la main de sa soeur et attendit que son frère se décide à parler
La pauvre devait pas être à son aise ainsi

Va t'il parler à la fin en serrant la main de sa soeur plus fort
Inquiète elle attendit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niconoss
Baron
Baron
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 25/03/2011
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Dim 4 Sep - 0:58

Il voyait et ressentait la trouble impression collectif. Tous se demandait ce qu'il se passait ici. Et finalement il prenait plaisir à être le seul à connaitre toute la vérité. Il aurait eu bien des manières pour faire retarder encore l'annonce que tout le monde attendait. Mais cinq minutes de plus, et l'hystérie totale se serait emparé de la pièce, pouvant causer des torts irrémédiables. Quand le bruit de la dernière agitation, nommé Hell, fut retomber, il s'éclaircit de nouveau la voix, en effet il l'avait déjà fait juste avant qu'elle arrive. il guetta la porte espérant bien que personne d'autre ne déboulerait telle une furie. Puis se concentra sur "l'inconnu". Celle qui attendait la timidement, ne sachant pas ce qu'elle faisait au milieu d'une dispute de retrouvailles familiale.

Puis au bout d'un moment, il n'avait plus rien à penser, plus de pensées quelconques qui serait venu troublé sa diction des faits, il était maintenant dans le vifs du sujet. Et il fallait trouver un moyen de commencer. Il sorti alors silencieusement, le livre qui ne le quittait plus depuis quelque temps. Et alla directement à la page "fatidique"au cas ou quelqu'un douterais de ses mots. Puis il commença un récit trouble et fort émouvant à quiconque en comprendrais quelque chose.


Maintenant que tout le monde écoute, je vais pouvoir vous racontez la vie d'un homme qui après avoir eu deux femmes et 4 enfants, n'a trouvé qu'autre amusement que de se rendre au bout de la France, certainement encore pour une de ces missions qui le rendait toujours éloigné de sa famille. Et de mettre enceinte une femme, la bas éloigné de son fief familiale qui se trouvait en Lorraine. Cette histoire, je la tire d'un livre que j'ai dans ma main, et qui appartenait à Guérech d'Acoma.

Le choc devait surement être dur pour tout le monde en face de lui, excepté la dénommé Camille, qui ne devait toujours pas comprendre ce qu'elle faisait la. Mais avant de recevoir trente mille questions bien compréhensible, de ses sœurs et son frère. Il fit un signe comme quoi il fallait se calmer et qu'il n'avait pas fini. Il repris donc son récit la ou il l'avait arrêter trente secondes plutôt.

Et c'est la que cela devient plus étrange. Il avait laissé des détails sur l'endroit ou était élevé ce nouvel enfant bien plus jeune que nous, de 9 ans par rapport à Ella. Cet enfant étant par rapport aux informations une femme et qui plus est rousse. Il y avait aussi la description du couple s'en occupant, de l'endroit ou ils habitaient et tout pleins d'autres indications sur des signes distinctifs, caractères et autre. Il y a plusieurs semaines j'ai donc entrepris par curiosité d'entreprendre ma petite enquête pour en savoir plus. Et j'ai trouvé cette personne, mais n'ayant pas eu le courage d'aller la voir ...

Il marqua la une nouvelle pause, il ne savait pas comment finir, tout le monde avait probablement compris, encore fallait ils qu'ils le croient. Il attrapa donc une bouteille de mirabelle sans bruit, sans servit un verre, et la laissa de côté pour les autres. Bus une gorgée en ignorant tout ce qu'il se passait autours, et toute l'agitation. Puis il finit son discours. Il se tourna alors vers la jeune rousse.

Le couple était un couple de vieillard déjà il y a Dix-huit ans, l'homme est aujourd'hui mort et ils vivaient proche de Poitiers. Votre mère est morte bien vite et vous n'avez jamais connu votre père, qui vadrouillait constamment et surtout qui était Lorrain. Ce père qu'il vous manque, c'est le notre. J'en suis sur tout les détails collent. J'ai eu tout ces détails dans le livre qui ma servit de point de départ, un livre qui était perdu dans la bibliothèque familiale et qui était surement le Journal de notre père.

Il n'avait maintenant plus rien à dire, il avait en plus bien trop parler, il était fatigué. Il pris une nouvelle gorgée de mirabelle, comme si elle pouvait lui rendre sa vitalité et sa jeunesse trop souvent perdu en préparant déjà l'homme qui serait ensuite. Puis il repensa à ce passé qui aurait pu être différent avec un homme présent au castel, une mère qui serait morte plus tard ... Enfin il était impossible de changer les choses, et déjà il avait commis les mêmes erreurs avec ces enfants. Il se tut alors, non pas a jamais car il y aurait surement des questions, mais déjà il était perdu dans ces pensées.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2011
Localisation : Poitiers, Poitou

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Sam 24 Sep - 18:57

Elle n'avait détaché son regard de cette rose qui ornait la pièce à divers endroit pendant que l'hôte raconta.
Enfin!

France, mission, enceinte, Lorraine...rousse.
Deux vieillards...
Poitiers.

Père en vadrouille.
Mer morte... mais que diable faisait la mer morte dans cette histoire?

Son histoire semblait raconter une mission en France où le paternel aurait mit enceinte une rousse qui se prénommait Lorraine, fille de deux vieillards à Poitiers?

Nanan!... Reprenons nos esprits et recommençons par le tout début.

La jeunette encore naïve n'avait comprise qu'il lui parlait de son passé. Un passé qu'elle avait quasi oublié quelques années plus tard lorsqu'elle avait quittée la maisonnée de ces deux vieillards. D'une femme qu'elle avait pensée être sa mère, mais qui n'avait jamais démontré ne serait-ce une once d'affection qui lui aurait valu ce digne titre. Un homme... tendre et aimant, qu'elle portait avec grande affection en son coeur malgré les aveux de ne point être celui qu'elle aurait voulu qu'il soit.

Souvenir de quelques paroles concernant son géniteur... en ces temps guerrier mais sans plus. Se rappelle de la main du vieillard qui s'était posée en la sienne, lui racontant qu'un père quelque part pensait à elle. Mais jamais rien d'une mère existante, curieusement. Main qui d'un geste discret avait abandonnée en la sienne, un petit écusson de cuir gravé d'une rose.

Étrangement identique à celle en ce lieu.
Écusson qui ne quittait jamais son coeur.
Bien caché sous ses vêtements.

Elle posa ses mains derrière son cou et retira le ruban qui retenait l'ornement artisanal.
Ses yeux bleus silencieux tout autant que sa voix, invita le narrateur à le prendre.

Elle ne comprenait ce que cela impliquait.
Mais était-ce jour où l'on n'attend plus, qu'elle y trouverait enfin sa vie?
Ce qu'elle était?






Dernière édition par Camille le Mar 8 Nov - 2:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hell

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   Lun 7 Nov - 21:08

Qu'elle le veuille ou pas la tornade brune fut bien obligé de s’asseoir, complètement tiré par son frère korri. Prenant place entre lui et ella elle mit délicatement sa main dans celle de sa soeur, sachant que elle seule saurais la calmer. C'était sans compter sur korri dont les mots firent l'effet d'une douche froide. Pour qui se prenait-il lui pour la comparer à une jument? Elle le fusilla complètement du regard, mais ni répondit pas, il avait sut la remettre à sa place, et étant trop respectueuse envers son grand frère elle préféra retenir les mots condescendent qui lui brûlait les lèvres. Mais voyant la tête de Nico, elle comprit que ce n'était pas le meilleur moment choisit, pour faire éclater une dispute avec le brun assis à ses côtés.

Préférant laisser tomber ce passage, elle se concentra sur quelque chose de bien plus important c'est à dire la présence de cette jeune femme. Ses yeux azur se fixèrent sur Nico qui semblait avoir du mal à trouver ses mots. Cela l'inquiétait de plus en plus, qu'avait-il de si important à leur annoncer. Inconsciemment elle serra de plus en plus la main de sa soeur dans la sienne. Puis se fut partie, son frère se lança enfin dans son récit. Elle ne fut jamais aussi concentré par ses paroles, l'écoutant avec beaucoup d'attention, plus il parlait plus elle sentait le stress monter.

Dès le début elle comprit, cet homme dont il parlait, c'était son père.... celui qui avait fait un enfant à une autre que son épouse. Son père était donc comme tout ses hommes qu'elle méprisait, tout ses hommes qui pratiquaient l'adultère, puis qui retournaient bien sagement dans leur foyer, faisant comme si rien n'était. Don son père faisait partie de la catégorie des hommes qu'elle détestait! Elle était trop petite à l'époque des nombreux voyage de son père pour se douter de quelque chose, mais là elle venait d'ouvrir les yeux, tout cela semblait logique. Tout ces voyages en France ce n'était pas pour rien...

Par contre ce qu'elle ne comprit pas tout de suite c'est que l'enfant en question était la jeune femme présente dans la pièce. Mais quand son frère se tut et qu'elle prit un moment de réflexion, elle comprit enfin...

Elle en resta bouche bée, ouvrant grand les yeux regardant nico, droite sur sa chaise, comme figé. Elle regarda tour à tour la jeune femme puis son frère. Ses yeux se posèrent ensuite sur Ella et Korri voir si eux aussi avait comprit comme elle.
Elle n'arrivait à dire un mot, entièrement sous le choc. Au bout de quelques minutes de long et pénible silence, voyant que personne n'osait prendre la parole elle se décida enfin à ouvrir la bouche.


Nico... Tu... tu es entrain de nous dire que la jeune femme ici présente est la... fille de notre père? Donc notre..... Soeur!! Wouahhh qu'elle belle déduction, et il faut avouer qu'elle avait réfléchit un bon moment avant de trouver cela! Mais oui d'après ce qu'elle comprenait la jolie rouquine était sa soeur.

Ses yeux se posèrent sur elle, elle n'arrivait à dire un mot, elle aurait voulut savoir trouver les mots dans cette situation mais elle en était incapable. Elle se mit à la place de la rouquine, se s'entent mal pour elle, qui se retrouvait dans une situation des plus complexe....
Elle ne put ajouter autre chose, et observa la réaction des autres, elle encore complètement sous le choc, y croyant à peine.

____________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'étude d'un vieux livre poussiéreux   

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'étude d'un vieux livre poussiéreux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . Baronnie de Coussey . :: . Château de Coussey . :: Premier Étage :: Grand Salon Saint-Antoine-
Sauter vers: